Julie Konieczny

Mes Essentiels pour Stereographics par Julie Konieczny


LES ESSENTIELS DE JULIE KONIECZNY

“ Questionner l’Essentiel, pour une matérialiste comme moi, c’est une tâche intimidante. Je sais bien que l’essentiel est invisible mais l’essentiel est concret, l’essentiel ne s’attend pas, il se crée, l’essentiel n’est pas pudique, il se vit. L’essentiel ne s’espère pas, il se convoque. Et quand il est parti c’est la misère. J’ai toujours eu l’essentiel. Voilà ce que je me dis, alors ce qui m’intéresse c’est comment le rendre beau et mieux encore : le rendre beau en équipe, ce qui est à la fois un luxe et la moindre des choses quand on a la chance d’avoir … l’essentiel. 

La main – ce livre d’illustrations par Philippe Dupuy a une histoire puissante. Ayez la curiosité de la découvrir. Elle donne beaucoup de force.

L’outil – l’humain a ceci de grandiose qu’il fabrique des outils pour la main qui forge au quotidien l’essentiel mais aussi des œuvres inutiles et enivrantes. 

L’ivresse – c’est un autre terme pour la joie. N’ayant pas une immense propension au bonheur,  je partage volontiers le vin qui rend gai et je trouve parfois autant de spiritualité dans un repas que dans un musée.

L’esprit – Ce texte infernal de Malcom Lowry m’accompagne chaque été depuis longtemps et je le lis exclusivement à l’occasion de mes vacances, quelques pages par jour sur une plage bretonne (idéalement). L’incertitude de le terminer un jour me convient très bien. “


Julie Konieczny
Février 2024


Plus d’informations à propos de Julie Konieczny
facebook.com/jkonieczny
facebook.com/atelierdupoissonvolant
facebook.com/collectifdesliens
ecoutonsnospochettes.com

Mes Essentiels pour Stereographics par Julie Konieczny
© Julie Konieczny / Tous droits réservés / Reproduction interdite sans autorisation de l’auteur

Jaune Will Tear Us apart

The Apartments "apart" / Photographie © Michel Valente

 

Il est des jours où rien n’arrive mais il arrive. Les musiques, il faut les laisser venir à soi et ne pas les brusquer, elles savent qui nous sommes. Un soir, la musique de Peter Milton Walsh est arrivée à moi. C’était en 2012, à Clermont-Ferrand, une nuit de décembre. Immédiatement, une connexion s’est faite, comme si j’avais toujours connu ces chansons. Un lien particulier s’est alors crée avec tous ses disques, d’abord Drift – ce bleu nuit – , puis No Song, No Spell, No Madrigal – ce gris neige – , puis les autres, jusqu’à In and Out The Light sur lequel j’écrivais en 2020 ces mots « Que chacun choisisse alors sa lumière, la mienne, celle que je vois, celle que je verrai toujours, c’est ce jaune lumineux – le même que le vinyle de In And Out The Light, le même que cette veste qu’elle portait si bien – et cette lumière me laissera toujours croire que le ciel pourrait s’éclaircir un jour car à quoi servent les disques s’ils ne ramènent pas à la vie ? ».

Il est des jours où rien n’arrive mais il arrive. Des personnes sont arrivées dans ma vie, des personnes que j’ai rencontrées aux concerts de The Apartments. Elles aussi s’étaient senties liées à ce « beau chanteur » qui semble ne chanter, pour nous, rien que pour nous, des histoires qui leur appartiennent. Ce ressenti, c’est quelque chose de fort que je ne m’explique pas et qu’il ne faut pas chercher à expliquer.

Il est des jours où rien n’arrive mais il arrive. Grâce à Christophe Basterra, et parce que j’aime me plonger dans les pochettes de disques, j’ai rencontré Pascal Blua, l’homme qui avait réalisé la pochette – magnifique – de No Song, No Spell, No Madrigal mais pas que. D’autres pochettes de disques, des affiches, des sérigraphies, ces œuvres, elles portent sa patte, son regard, sa justesse. Pascal Blua, c’est l’homme qui sait mettre la mélancolie en images.

Il est des jours où rien n’arrive mais il arrive. apart était le disque, disons-le, « oublié » de la discographie de The Apartments, et comme l’a écrit Matthieu Grunfeld c’est « celui qu’il était devenu presque impossible de réécouter en faisant abstraction de la suite ». Mais apart est arrivé, dans la boite aux lettres, en décembre – décidément ! – et quand j’ai ouvert le carton, je me suis trouvé happé par cette pochette jaune. Je ressens alors des choses qui n’ont rien à voir avec la musique. Ce jaune, je peux le sentir, il est vivant. Je ne l’avais jamais vu mais lui, je le sens, me connait. Qu’est-ce qui se passe ? Ce sont des souvenirs – les siens, les miens ? – qui passent par cette couleur. Les chansons continuent de défiler mais je ne les entends pas, je fixe ce jaune à m’en pulvériser les yeux. Je le sens s’engouffrer dans les failles dans mon esprit, dans mes souvenirs. J’ai envie de répondre à celui qui a écrit que l’amour fou existe en noir, que moi, je le vois jaune.

Nous savons toutes et tous qu’il y a des disques qui justifient le monde, qui aident à vivre par leur seule présence.
J’ai envie de dire qu’il y a des couleurs aussi.

Jaune Will Tear Us apart.


Michel Valente
Janvier 2024



The Apartments – apart (remastered vinyl edition 2024)
include liner notes wrote by Peter Milton Walsh
talitres.com

Pour en savoir plus sur Michel Valente
section-26.fr/michelvalente

Steve Saari

Mes Essentiels pour Stereographics par Steve Saari

LES ESSENTIELS DE STEVE SAARI

Re-evaluate when necessary. Case in point, these brass frog bookends. Even though they were a gift from my father, honestly, we were less than excited at first. Brass? Frogs? But shortly after we got them, we were invited to a celebrated art director friend’s apartment, which was not only one of the most creatively, surprisingly, and wonderfully decorated spaces we had ever been in, it was home to the identical set of brass frog bookends, placed proudly on one of his shelves. After seeing them in this dazzling context, we not only abandoned the idea of getting rid of them, but they’ve also followed us everywhere we’ve been since and will probably be with us to the end.

Maintain perspective. I dug up this petrified oyster shell when we were doing some gardening. At 8 ½ inches long and nearly 2 pounds, this is no ordinary oyster shell. The island we live on is world famous for its shells. In fact, it is comprised mostly of shells, which have worn down over the years to form the land we now live on. I took this shell to our local museum, where they informed me that it is likely from the Cretaceous period (145 to 66 million years old). Now this crustacean-cum-rock is a constant reminder that we cocky little hominids are just a very small part of a very old story.

Same as it ever was. I came of age in the Walkman/cassette era, which, unlike vinyl, has not nor probably ever will, enjoy a renaissance. They were hissy, prone to distort in hot car interiors. But we quickly learned they were a great way to assemble and share playlists. The mix tape was often a treasured gift, shared hopefully, sometimes nervously. And received gratefully, often joyously. I still have mix tape buddies, some of the same friends I shared cassettes with. We share digitally almost exclusively now but keep it to the same 15-20 song format that the 60-minute running time of the cassette once dictated. Regardless of the format, it’s still one of the most fun ways to engage.

Keep an open mind. My wife found this title in a used bookstore, attracted at first by the cover. But she soon discovered it was among the most arresting, moving memoirs she’d ever read. “You’ve got to read this,” she said. “I know it sounds like a children’s book, but it’s really quite amazing.” She was right. This book is amazing. Quite unlike any other memoir you will ever read. In fact, it was (not surprisingly) republished shortly after we found our old, used copy, and even turned into a one-woman play with Linda Hunt.

Action! With these Beats Pro earbuds and my iPhone (insert devices of your choice here) I can score and sequence all the scenes, moments, and ever-changing locations that make up the movie of my life, which unfortunately I won’t get to see until the end – and probably much too fast to really enjoy – but hey, the soundtrack’s been great so far.

Cultivate friends with taste. Back in the mists of 2001 here in the U.S., almost no one knew anything about Shack. One who did was a good friend of mine whose sister had moved to the U.K. and introduced us to them. Hearing them was like love at first sound. We kept thinking “they’re going to be huge over here”. But they never were. In fact, they weren’t nearly as big in their native England as the music ought to have made them. But they kept plugging along, polishing, and adding to their mystique. By the time of Here’s Tom with The Weather, they were one of our all-time favorite bands. This release might be my favorite Shack album, but it’s hard to pick a favorite. Like most who have been featured on Les Essentials, I have a long, very diverse and ever-growing list of music that I love and that has become a part of my life. It’s hard to pick one artist or album to represent that love. But this is as good as any.

It’s only natural. My parents discovered me at age two drawing wild circles in crayon on their new hardwood floors. At first outraged, but gradually intrigued, my dad brought reams of copy paper home from work and spread it all over the room and let me squiggle to my little heart’s content. The drawing never really stopped. Not in all the classrooms at school (where a teacher caught me making a caricature of him, then paid me for it after class and said he would frame it). Not even in my job as a writer, then creative director at various ad agencies. During lockdown, I picked up this Winsor & Newton watercolor set and began to work almost exclusively in color. It has become therapy. A daily ritual. And although I’m not especially good and have no real motive other than to make marks on paper, it’s become an essential part of my life.

A romance as only Michael Powell and Emeric Pressburger could imagine it. Starring Wendy Hiller as the headstrong Joan Webster, who leaves England to marry an older, wealthy industrialist on the isle of Kiloran in the Scottish Hebrides. A determined plan that unravels when unforseen events, and a dashing young naval officer, intervene. This film so captivated Martin Scorsese’s long-time editor Thelma Schoonmaker that she made a pilgrimage to all the locations of the production, then met, and ultimately married the film’s director, Michael Powell. Who says romance is dead?

Nothing says love like a robe your wife has sewn with her own hands just for you. Especially when you had impulsively bought two and a half yards of vintage Hawaiian fabric – only to learn it was not nearly enough to turn into a robe unless you were, say, a toddler. And you had bought the last two and a half yards of that vintage fabric on earth. Only then do you discover how kind, resourceful and creative your wife is – when with utter determination she finds some complimentary fabric and turns what would have been a nice, if somewhat ordinary robe into something a Hawaiian king or perhaps, a Samurai warrior might sport. There’s heroism in the littlest things sometimes.

Although I reside in a place that boasts some of the world’s most spectacular sunrises, I am not a morning person. I need help. Yorkshire Gold is my drug of choice. One cup and I am functional. Two cups and I am ready for adventure. Even if that adventure is only at the end of a laptop keyboard.


Steve Saari
Janvier 2024


Plus d’informations à propos de Steve Saari
instagram.com/shellskr
lbvd.com

Mes Essentiels pour Stereographics par Steve Saari
© Steve Saari / Tous droits réservés / Reproduction interdite sans autorisation de l’auteur

Love’s A Lonely Place To Be

Virginia Astley "The Singing Places"

Comme la bande son parfaite d’un automne en devenir, Virginia Astley vient de publier, avec toute la discrétion qui la caractérise, une longue et fantastique pièce instrumentale de plus de 26 minutes.

Un voyage onirique dans la douce et rêveuse musicalité de l’immensité de son talent, sur lequel le temps ne semble avoir aucune emprise. Un voyage comme une suite au delà des ans, des enregistrements visionnaires de l’album “From Gardens Where We Feel Secure” (1983), bande son intemporelle d’un été sans fin.

Rarement pièce instrumentale n’aura portée un titre aussi juste : “The Singing Places“, cinq actes d’une promenade poétique dans l’âme musicale de lieux que Virginia Astley nous laisse le soin d’imaginer et de rêver.

Absolument magique.


Pascal Blua
14 octobre 2023

Plus d’informations sur Virginia Astley
virginiaastley.com


Eternels remerciements à Martin Stephenson pour m’avoir fait découvrir la musique de Virginia Astley (a long, long time ago) et à Harvey Williams pour ses repérages (toujours) avisés.

Gildas Secretin

Gildas Secretin © Matthieu Dufour

AU DÉBUT

Quels sont tes premiers émois musicaux et/ou graphiques ? 

Quels souvenirs en gardes-tu ?
Gildas J’ai certains souvenirs où mes émois musicaux et mes émois graphiques sont liés, ce sont des longs trajets en voiture pendant lesquels mon père passait sa musique en boucle. Je me souviens tout particulièrement d’une fois, un mood sonore inquiétant conjugué à un visuel qui avait vraiment interpellé ma petite tête : un cochon flottant dans les airs au-dessus d’un énorme bâtiment sans fenêtres … image irréelle, fascinante, compliquée à relier à la musique. C’était l’« Animals » des Pink Floyd.
Dans cette même famille de « souvenirs sur la route » je me rappelle de la chanson « Shine on you crazy diamonds » (wish you were here) et son graphisme d’homme en feu échangeant une poignée de mains, je me souviens aussi beaucoup des des premiers Jean-Michel Jarre, artworks et musique : la tête de mort sur notre planète (Oxygène) et la couv avec les personnages/oiseaux qui portent des jumelles (Equinoxe), un graphisme qui rappelait un peu celui du dessinateur Caza. Par la suite, j’ai toujours guetté chaque sortie des Pink Floyd pour jeter un oeil au graphisme.

“Je me souviens tout particulièrement d’une fois, un mood sonore inquiétant conjugué à un visuel qui avait vraiment interpellé ma petite tête : un cochon flottant dans les airs au-dessus d’un énorme bâtiment sans fenêtres … image irréelle, fascinante, compliquée à relier à la musique. C’était l’« Animals » des Pink Floyd”

Pink Floyd ‘Animals‘ COURTESY OF WARNER MUSIC

Y a t’il des liens entre ton parcours graphique et ta passion pour la musique ?
Est-ce une démarche volontaire ou le fruit du hasard des rencontres ?
Gildas Il y a de la porosité c’est sûr. Comme je suis graphiste indépendant et que je travaille à mon domicile, il y a de la musique presque en continu toute la journée. Cela conditionne tellement ma création que je dois faire attention à la setlist que j’écoute en fonction de mes projets en cours !… 
Je suis très sensible aux artworks, ils sont la porte d’entrée vers un disque, voir même ce qui peut me pousser à l’achat quand je ne connais pas l’artiste. J’étais donc ravi quand j’ai eu mes premières commandes d’artwork,  un peu stressé aussi, c’était un peu comme un rite de passage. 
Faire ressortir l’univers d’un album en un seul visuel en tout cas c’est vraiment un super exercice, délicat et privilégié. 
J’ai commencé par des artworks pour mon ami Arnaud Le Gouëfflec, puis ensuite pour le groupe anglais Earthling, les belges de Mudflow, La Théorie du K.O, Kuta, Berry Weight etc … les dernières en date sont pour mon ami Centredumonde, qui produit des mini Ep merveilleux à tour de bras, et très bientôt une autre pour le groupe Everminds.

Artworks © Gildas Secretin

Ma façon d’aborder et de travailler le graphisme a d’ailleurs imprégné mon « avatar » musicien : ce goût pour les patchworks et les couches, les mélanges et les accidents… et toute cette cuisine : recherches d’accords / d’arrangements / mixage / paroles… c’est très graphique tout ça, il faut du relief, de la couleur, des émotions…

En musique comme en graphisme, je réalise ma sauce et ma cuisine dans mon coin, sans pression, sans frein. Je ne me colle aucune contrainte, c’est un pur espace de liberté, c’est rare et j’y tiens beaucoup.

GRAPHISME ET MUSIQUE

Certains mouvements musicaux — comme les mouvements punk, low-fi ou encore la techno — ont accordés une place essentielle à l’image et au graphisme. Que penses-tu de cet aspect « visuel » de la musique ?
Gildas Oui le graphisme aide à se repérer, à se diriger… aussi à se démarquer, à s’identifier. Normal que certains mouvements/labels avec une idée claire en tête, ou simplement en quête de visibilité ou de lisibilité, aient soigné cet aspect. L’artwork est l’écrin du disque mais aussi une partie de son message, c’est un premier contact et une interpellation. J’imagine que chaque musicien prend ça très au sérieux c’est évident.

Que penses-tu du « retour » en force du vinyle face à la dématérialisation de la musique et de sa distribution ?
Gildas C’est super (je n’ai pas de platine), j’ai toujours adoré ce format car la part du graphisme y est plus belle.  J’ai été agacé par la dématérialisation de la musique pour plusieurs raisons : parce que l’artiste est complètement floué d’abord; parce que l’accès à tout en un seul click enlève beaucoup au plaisir de la recherche et/ou de la découverte; aussi parce que cela a scellé la fin du rapport à l’objet. Ce plaisir qu’on a tous eu de déballer un disque, l’impatience, peiner sur le blister, chercher la faille, atteindre l’objet, le poser sur la platine, prendre le livret, le feuilleter…S’imprégner du graphisme, de l’image, avant même de toucher au son. J’adore ce petit cérémonial privé alors tant mieux s’il revient à la mode ( je n’ai pas de platine mais le principe fonctionne aussi avec les CD).

Artworks © Gildas Secretin

ARTWORK

En tant que graphiste, comment abordes-tu la réalisation d’une pochette de disque ?
Quelles sont tes attentes vis à vis du musicien ou du groupe avec lequel tu collabores sur une pochette ? Es-tu ouvert à l’apport et l’échange d’une collaboration (photographe, stylisme, etc…) ou est-ce une démarche solitaire ?
Gildas
C’est très rarement un travail solitaire, il y a beaucoup de discussions et d’échanges, l’artiste vient presque toujours avec ses attentes graphiques, sa première idée, rare sont ceux qui m’ont donné carte blanche. On me mets toujours sur des rails graphiques, soit via un style que j’ai déjà développé sur un autre projet, soit via d’autres sources d’inspirations, c’est ensuite à moi de digérer le tout. Il faut être attentif aux attentes, aux demandes, il faut bien s’accorder avec l’auteur. Une chouette démarche assez intime.

La pochette d’un disque permet-elle d’ajouter une “autre” dimension à la musique ?
Gildas —  Ce n’est pas garanti mais oui, je le pense, ce sont deux univers qui cohabitent et coexistent. Idéalement l’écoute du disque devrait « valider » le graphisme. Ensuite, souvent assez naturellement, mais cela dépend bien sûr l’amour que l’on porte au disque, le lien peut devenir émotionnel. Telle la fameuse madeleine, la pochette devient un accès direct à l’univers du disque ainsi qu’à la relation qui nous unit à lui : souvenir des mélodies, de l’intensité musicale, mais aussi surtout des moments qui vont avec, images d’archives personnelles, réminiscences diverses et multiples – pas forcément précises mais toujours émotives -, d’événements ou de moments vécus avec ces sons-là en background. Quand on adore un disque depuis 30 ans ça peut faire un paquet de données.

Un musicien, un groupe ou un labels doivent-il avoir un univers visuel et graphique qui leur est propre ??
Gildas Moi j’ai une préférence pour les visuels qui changent à chaque fois, mais on ne peut pas nier que certains artistes ou labels ont des chartes graphiques qui en jettent.

C’est très rarement un travail solitaire, il y a beaucoup de discussions et d’échanges, l’artiste vient presque toujours avec ses attentes graphiques, sa première idée, rare sont ceux qui m’ont donné carte blanche.”

HALL OF FAME

Quels sont le ou les éléments (images, typographies, message…) qui font une bonne pochette?
Gildas Hm c’est tellement l’univers des possibles le graphisme que ce n’est pas simple de répondre. 
J’ai peu de culture et d’appétence avec les techniques « académiques » : lignes de forces et de fuites, sens de lecture, sciences des couleurs … Que ce soit en graphisme, en musique, en photo (pour tout type d’art) je suis très peu touché par des oeuvres qui reposent essentiellement sur une maitrise parfaite de la technique. Un amateur qui joue du blues avec trois notes de guitare sur une plage avec un ampli pourri peut me toucher beaucoup plus qu’Eric Clapton ne le fera jamais. Au final c’est l’alchimie et l’émotion qui comptent, et qui touchent au but (ou pas). C’est très personnel tout ça, faudrait demander à nos cellules des précisions sur « pourquoi certaines œuvres nous font tant d’effet ».

Chaque cuisine à ses trésors d’ingrédients  et chaque cuisinier ses recettes secrètes, personnellement je trouve rarement un visuel vilain.
Et quand bien même : prenons par exemple la couv du ‘Mellow Gold’ de Beck, qui n’est pas franchement jolie à mon goût, pourtant à l’écoute je sais pas, je trouve que ça colle carrément bien l’univers de la musique. Parfois on a besoin du son pour apprivoiser le visuel.

En graphisme cependant je peux aussi m’émerveiller devant la quantité de travail fournie, même si le résultat ne m’émeut pas.

Ton Top 5 des plus belles pochettes ?
Gildas Je suis incapable de faire un top aussi court… En voici quelques unes qui me viennent sans réfléchir, pas forcement iconiques, mais dont le lien visuel/musique fonctionne bien à mon goût :
Bashung – Bleu pétrole
The Cure – Disintegration
Les Stones – Exile on main street
Bowie – Heathen
Beck – Modern guilt

J’aime aussi les artworks de Radiohead et de Moderat et la simplicité de ces couvs  : 
Neil young – Everybody knows this is nowhere
Iggy pop – Zombiebirdhouse
Beck – One foot in the grave
Bonnie Prince Billy – the letting go
Damon albarn – Mali music
Pj Harvey – Uh Huh her

Et aussi des artistes dont je trouve le travail superbe :
Les M/M évidemment, grande source d’inspiration : Biolay – Bjork – Murat …
Remy Poncet (brest brest brest) : toutes les couvs d’Objets-Disques mais plus précisément certaines de Chevalrex – Midget – Remi Parson…

Merci Pascal !

Gildas Secretin
Septembre 2023


Plus d’informations sur Gildas Secretin :
gwlgraphisme.com 
facebook.com/gwl.graphisme
instagram.com/g.w.l




“Personal Landscapes”
Gildas expose jusqu’au 15 septembre une sélection de créations digitales
à La Moulinette (81 bis rue Lepic, 75018 Paris)

Lisa Balavoine

LES ESSENTIELS DE LISA BALAVOINE

J’habite dans une vieille maison à Amiens où le système électrique est assez vétuste. Je me dis souvent que cette maison pourrait partir en fumée à tout moment et je me demande ce que je regretterais si un tel événement devait se produire.
Bien sûr, je serais triste car j’ai presque 48 ans de ma vie sous ce toit, mais en vrai, que me manquerait-il réellement ?
L’essentiel pour moi, ce sont les personnes qui accompagnent ma vie, mes enfants, mon amoureux, mes amis chers.
Le reste…

Sans doute serais-je triste de perdre ma bibliothèque, je tiens à mes livres comme à la prunelle de mes yeux, je les relis pourtant peu, mais je déteste les prêter, je déteste qu’on ne me les rende pas, je déteste ne pas retrouver le livre que je cherche.
Je ne voudrais pas qu’ils brûlent.
Ils sont comme ma famille.
Et puis, il y a les livres que j’ai écrits, je tiens à eux, ils sont un morceau de ma vie.

Sans doute serais-je triste aussi de perdre mes disques, surtout ceux qui me viennent de mes parents.
Mais lesquels me manqueraient réellement ? La musique, les chansons sont tellement indissociables de ma mémoire.
Ils resteraient là, en moi, quelque part.

En réalité, j’ai besoin de peu pour vivre : des litres de café, du gingembre sous toutes ses formes, une paire de boots qui brillent, un sac en tissu et des Converse, un jean. Ma paire de lunettes pour y voir clair, mon vieux Macbook pour écrire, un casque pour écouter des podcasts et la radio.
Mes meubles viennent de chez Emmaüs, aucun n’a de valeur commerciale, en revanche j’ai quelques oeuvres d’artistes, des sculptures, des photographies, ça oui j’y tiens davantage.

Mais ce à quoi je tiens par dessus tout prend peu de place : les trois bagues qui me restent de ma mère, les mots écrits de la main d’Annie Ernaux qu’elle m’a envoyés après la parution de mes livres et que j’ai encadrés, le premier cahier de chansons que mon amoureux a écrit et dessiné pour moi, les photos des personnes que j’aime.

L’essentiel est là, dans ces petites choses qui font battre le coeur.
Presque rien, tout pour moi.

Lisa Balavoine
Juillet 2022

Plus d’informations sur Lisa Balavoine
facebook.com/lisa.balavoine
instagram.com/lisa.bumblebees
bandcamp.com/album/wowowo

My essentials for Stereographics by Lisa Balavoine
© Lisa Balavoine / All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

Jens Lekman

My essentials for Stereographics © Jens Lekman

Read English version

LES ESSENTIELS DE JENS LEKMAN

Je ne suis pas très attaché aux objets, mais il y a certaines choses que je chéris, et dont voici les clefs.
(de gauche à droite et de haut en bas)

 1
C’est la clef de l’appartement où je vis avec ma petite amie. C’est un petit logement sympathique, dans le quartier ouest de Göteborg. Lorsqu’on a emménagé, il y avait un gros trou dans le mur. Le gars qui avait habité là plus tôt nous a dit qu’il avait construit un bar dans l’appartement à l’occasion d’une fête un jour, ce qui expliquait pourquoi il avait fait un trou dans le mur - il voulait pouvoir servir les verres à travers. On a fait réparer ce trou, on a considéré qu’on n’aurait pas besoin d’un bar chez nous. Avant je détestais ce quartier.
J’ai grandi dans une banlieue pauvre, un endroit où il était important de s’habiller comme si on valait plus que ce qu’on était. Adolescent, je me souviens avoir rencontré des gens issus du quartier où j’habite aujourd’hui, qui s’habillaient mal alors que leurs parents gagnaient bien leur vie. Je ne comprenais pas. Ils appartenaient à une classe moyenne ou à la bourgeoisie culturelle et intellectuelle, leurs parents étaient journalistes, écrivains, designers. Ils n’étaient pas richissimes mais ils connaissaient le langage et les codes de ce monde culturel auquel je voulais appartenir. Ils étaient nés dedans. Je les jalousais. Et je leur en voulais d’avoir ces privilèges.
Aujourd’hui je vis là, finalement, au milieu des cafés chers et des magasins de mobilier vintage. Tous mes amis vivent ici, qu’est-ce-que vous voulez… On a trouvé un endroit pas cher, un des derniers dans le coin. Ma petite amie et moi venons de banlieues défavorisées. Aujourd’hui elle est psychologue et elle étudie l’art. Et je suis musicien et artiste. Si nous avons des enfants, ils seront ces enfants que je haïssais quand j’étais petit. C’est-à-dire à peu près tous les jours, on peut l’entendre souffler à travers elles, comme si quelqu’un jouait du violon.

3
C’est la clef du bunker où je travaille. Je m’y suis installé il y a très peu de temps. Avant, j’avais un studio très agréable en ville, qui surplombait le gros stade d’où on pouvait entendre les hurlements, les soirs d’été, lorsque Zlatan marquait un but ou qu’Iron Maiden montait sur scène. Mais c’était devenu trop cher de rester là. Maintenant je travaille dans ce bunker avec juste une minuscule fenêtre dans un coin, et le vrombissement des camions qui secouent les murs quand ils passent à côté pour rejoindre la zone industrielle voisine.
J’ai un esprit apocalyptique, une âme survivaliste, et parfois je fantasme à l’idée que je vais voir le monde s’effondrer et se désintégrer. Une guerre nucléaire ou une épidémie.
Peut-être que c’est parce que j’ai grandi dans les années 80.  En tous cas, dans mon fantasme, je reste vivant parce que je suis dans mon bunker. Et je parviens à survivre grâce aux conserves de soupe de lentilles que j’ai stockées dans mon frigo ici, et grâce aux crackers Wasa et au beurre de cacahuète dont j’ai fait des provisions à l’épicerie du coin. Je ferme les volets pour éviter la radiation et les pillages, j’ouvre une nouvelle conserve de soupe de lentilles et je continue à travailler sur ce beat sur lequel je travaille depuis des semaines.
Le monde n’est plus et je peux continuer à faire ma musique. Personne ne va me déranger pour une histoire de promotion ridicule ou pour des dîners familiaux. Ce ne sera plus que moi, ma musique, et trois cents conserves de soupe de lentilles. Le rêve.

4
C’est la clef en or que j’ai fait faire pour mes tournées en 2009. J’ai commencé à en porter une sur scène et le gens me demandaient quelle était son utilité. Je ne savais pas quoi répondre. Mais ils ont commencé à vouloir en acheter aussi alors j’ai dit “bien sûr” et j’ai trouvé ce gars qui pouvait les fabriquer et inscrire mon nom dessus. Elles se sont très bien vendues et j’ai compris ce qu’elles représentaient déjà avant même que je commence à les éditer : ce sont des symboles de confiance en soi, de confiance en l’avenir. Vous portez cette clef quand vous savez que vous allez avoir besoin de courage, qu’il va falloir prendre une décision importante ou orienter votre vie dans une direction particulière. Elle vous rappelle qu’il ne faut pas vous dégonfler, pas cette fois mec ! Je continue de la garder avec moi où que j’aille, parfois j’en ai moi-même besoin.

5
C’est la clef du frigo où je garde mes conserves de soupe de lentilles.

Jens Lekman
Mars 2017

En collaboration avec

Article paru initialement dans le #203 de Magic RPM (mars/avril 2017)
Traduction Johanna Seban.
Mille mercis à Vincent Théval et à Magic RPM.


Plus d’informations sur Jens Lekman
www.facebook.com/JensLekman
jenslekman.com

My essentials for Magic RPM by Jens Lekman
© Jens Lekman/ All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

I’m not much for things and objects, but I do treasure a few things and these are the keys to them.
(Left to right and top to bottom)

1
This is the key to my apartment where I live with my girlfriend. It’s a nice little place in west Gothenburg. When we moved in there was a big hole in the wall. The guy who lived here before us said he had had a bar set up once for a party, that explained why he had made a hole in the wall – so he could serve drinks through it. We had it fixed, we didn’t see a need for an indoor bar.
The area was once a place I hated. I grew up in a poor suburb, a place where it was important to dress like you were better off than you were. And as a teenager I remember meeting people from this neighborhood where I now live, who dressed down even though their parents were doing well. I didn’t get it. They belonged to a cultural and intellectual upper/middleclass, their parents were journalists, designers, writers. They weren’t necessarily filthy rich but they knew the language and codes in this world of culture that I wanted to be a part of. They were born into it. I was jealous of them. And mad at them for their privileges.
Now I live here at last, among expensive cafés and vintage furniture stores. All my friends live here so what can you do. We found a cheap place, one of the last few. Both me and my girlfriend come from poor neighborhoods. Now she’s a psychologist who studies art. And I’m a musician/ artist. If we have kids they would be those kids I hated when I grew up.

2
This is the key to my bike. It’s not a great bike. It’s the bike I got from my dad when he got a new one. A black citybike, very heavy with too much gear on it. It doesn’t receive many compliments from bike enthusiasts or people in general really. But it’s a bike that works and that’s all I want. I ride it to work everyday, it’s a 40 minute ride through the city to the other side. If I’m lucky, I catch the wind blowing in from the sea in the morning, that gives me speed and means I’ll get to work with no sweat. If I’m unlucky I’ll have that same wind blowing against me on my way home. Halfway through I ride by the cranes in the harbour, the same cranes I sing about on the track Dandelion Seed on the new album. On a windy day, which is almost everyday, you can hear the wind blowing through them, sounding like violins.

3
This is the key to my bunker where I work. I just moved in, I used to have a really nice studiospace in the city that overlooked the big stadium where on summernights you could hear the roar when Zlatan scored a goal or Iron Maiden went on stage. But it just got too expensive to stay there. Now I’m in this bunker with one tiny window in the top corner and the rumbling of trucks shaking the walls as they drive by on their way to the nearby industrial area. I have an apocalyptic mind, a prepper soul, and sometimes I fantasize about how I see the world outside crumble and disintegrate. Nuclear war or virus outbreak. Maybe a product of having grown up in the early 80’s. But in my fantasy I stay alive because I’m in my bunker. And I manage to survive on the cans of lentilsoup I’ve got stocked in my fridge here, and the Wasa crackers and the peanutbutter that I’ve been hoarding at the local market around the corner. I cover the windows for radiation and looters and while I open another can of lentilsoup I keep working on that beat I’ve been working on for weeks. The world has ended and I can just keep making music. No one to bother me with silly press requests or family dinners. Just me, my music and 300 cans of lentilsoup. What a dream.

4
This is the golden key I had made for my tours in 2009. I started wearing one just like that on stage and people asked me what it was for and I didn’t know. But they wanted to buy them so I said sure and I found this guy who could produce them and had my name inscribed on them. They sold pretty well and I managed to figure out what they stood for before I released them – they are a token of confidence and certainty. You put it on when you know you need to be brave and make a big decision or steer your life in a very specific direction. It reminds you to not chicken out, not this time buddy! I still keep this with me wherever I go, sometimes I need it myself.

5
This is the key to the fridge where I keep all my lentilsoup.

Jens Lekman
March 2017

In collaboration with

Article originally published in Magic RPM  #203 (march/april 2017)

Infos about Jens Lekman
www.facebook.com/JensLekman
jenslekman.com

My essentials for Magic RPM by Jens Lekman
© Jens Lekman/ All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

Sean O’Hagan (Live Report)

Sean O'Hagan / Photographie © Louis Teyssedou

Sean O’Hagan
,
Le Kalif, Rouen — 25 Mars 2017

Il y a fort longtemps, j’ai eu l’immense plaisir d’assister à un concert acoustique de Grant Mc Lennan.
À l’époque, il n’était pour moi qu’un demi Go-Betweens. Pourtant, les chansons qu’il a interprété seul à la guitare ce soir là, restent l’une de mes plus belles émotions musicales.

Grâce à lui, j’ai pris conscience de la force du “songwriting”.

De la force de se mettre à nu, seul.

De livrer les mélodies et les mots dénudés d’apparat à la candeur du moment, au jugement d’un public qui n’a que votre voix et votre instrument comme guide.

Du risque de confronter ses chansons dans leur plus simple appareil à ce qui reste l’essentiel : l’émotion partagée.

Debout avec sa guitare ou assis derrière un piano, j’ai retrouvé ce soir en écoutant Sean O’Hagan, la beauté discrète de l’âme de Grant Mc Lennan.


Pascal Blua

Ce  texte est dédié à Amanda Brown.
Merci à Cédric et à Louis.


Photographie © Louis Teyssedou
www.highllamas.com

Stefan Kassel

My essentials for Stereographics © Stefan Kassel

LES ESSENTIELS DE STEFAN KASSEL (Marina Records)

If you look real close you can spot a tiny TINTIN figure (left to the MONKEES guitar).
Ahoy from Hamburg!

Stefan Kassel
Janvier 2017


Plus d’informations sur Stefan Kassel
www.stefankassel.com
www.marinarecords.com

My essentials for Stereographics by Stefan Kassel
© Stefan Kassel / All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

A Tale of Two Cities

"A tale of Two Cities" - Sérigraphie par Pascal Blua et Stéphane Constant / Photographie © Dezzig

Depuis leurs débuts, le groupe australien The Apartments, emmené par le songwriter Peter Milton Walsh, est un trésor partagé par quelques milliers de personnes à peine.
Il l’est encore aujourd’hui, mais cela pourrait peut-être bien changer dans les mois à venir…