Peter von Poehl

My essentials for Stereographics © Peter von Poehl

LES ESSENTIELS DE PETER VON POEHL

Mon album s’intitule Sympathetic Magic, comme “magie noire”. Voici la définition de magie noire donnée par Wikipedia. “Dans la magie noire, un fétiche (par exemple une poupée vaudou) peut être utilisé pour créer une connexion entre une personne et un objet, mais peut aussi acquérir des pouvoirs spéciaux si on le relie à un saint, un dieu ou toute autre personne vénérée. Les mediums ou les voyants utilisent régulièrement un objet ayant appartenu à une personne disparue dans l’intention d’entrer un contact avec elle pendant la séance.”  Cette définition me semble en lien avec le principe des Essentiels. Voici donc mes objets.

Orgue Bergman
J’ai commencé à écrire les onze chansons de Sympathetic Magic après avoir sauvé ma collection de vieux claviers qui allait finir à la décharge. Des synthétiseurs bon marché et des orgues électroniques qui prenaient la poussière dans le grenier de mes parents depuis mon adolescence se sont alors retrouvés dans un tout petit studio d’enregistrement dans le centre de Paris. J’ai longtemps pensé qu’il était difficile d’écrire des chansons sur des synthétiseurs avec tous ces boutons et ces possibilités infinies. Mais comme une madeleine de Proust, ces vieux instruments m’ont parlé comme une voix du passé, et malgré leur son qui n’a rien d’élégant, ils ont résonné comme une langue que je comprenais soudain.

Le lièvre aux yeux d’ambre
J’ai récemment lu ce superbe roman écrit par l’auteur et poète Edmund de Waal. Le livre retrace l’histoire de la famille de l’auteur, entre Odessa, Paris et Vienne à travers les aventures d’une collection de sculptures miniatures japonaises, les seuls objets appartenant à sa famille que les Nazis ne parvinrent pas à aryaniser après leur prise de pouvoir en 1938. Je n’ai pour ma part pas un esprit collectionneur et j’ai, jusqu’à présent, mené une vie beaucoup trop nomade pour conserver autre chose que le strict minimum. Mais quand je regarde l’histoire de ma propre famille, je constate que la valeur des objets les plus simples dépasse largement leur usage quotidien, et je vois comment ils peuvent ressusciter le passé.

Vélo pliant Brompton
À mes yeux, le vélo est le moyen de transport idéal. Je dirais même que le vélo, en tant que construction, est le seul objet — plus qu’un instrument de musique ou du matériel d’enregistrement — sur lequel je peux fantasmer. Cette œuvre particulièrement réussie de l’ingénierie britannique est mon fidèle ami depuis plus de dix ans. Ce vélo m’a emmené à tant d’endroits que j’en ai forcément oublié certains. J’avais même fait construire un flight case à un moment pour pouvoir l’emmener en tournée.

Harlequin, de Charlotte von Poehl
Ma sœur m’a gentiment prêté une de ses œuvres pour trois de mes quatre pochettes d’albums. Je suis, comme vous pouvez l’imaginer, fan de son travail. On dit qu’il ne faut pas juger un livre à sa couverture, mais je crois pouvoir affirmer que sur chacun de mes disques, l’œuvre en couverture a d’une manière ou d’une autre inspiré le contenu musical.

Cordon d’un pass backstage japonais
Je m’en sers toujours en porte-clefs. Plutôt par habitude que pour son aspect pratique ou ses vertus esthétiques. Il n’y a pas très longtemps, j’ai croisé un des membres de Phoenix, qui avait joué à ce même festival cette année-là. Curieusement, il avait gardé le même pass backstage pour s’en servir de la même façon.

Râpe à parmesan
Une des questions qu’on me pose souvent c’est comment et quand j’écris une chanson. Pour moi la composition est rarement un processus avec un début et une fin bien définis. Ce sont des bouts et des morceaux qui s’assemblent de façon plutôt mystérieuse comme dans un puzzle. La composition de The Story of the Impossible était quelque peu particulière : j’habitais à l’époque dans un grand appartement à Berlin, dans le quartier de Kreuzberg, où j’avais aussi mon studio d’enregistrement. Une nuit, après une bonne assiette de penne all’arrabbiata faits maison (une recette de pâtes pour laquelle je suis plutôt doué), j’ai trouvé la partie de guitare autour de laquelle s’articule la chanson et les paroles ont suivi dans la foulée. J’ai enregistré jusqu’au petit matin ce qui était censé être une démo de la chanson mais qui a finalement terminé sur l’album. Mon ingénieur du son a joué la partie de flute et l’organiste français Charlie O. a ajouté un peu de célesta, mais c’est tout.

Peter Von Poehl
Mai 2017

En collaboration avec

Article paru initialement dans le #204 de Magic RPM (mai/ juin 2017)
Photographies par Julien Bourgeois / Mille mercis à Vincent Théval et à Magic RPM.


Plus d’informations sur Peter von Poehl
www.facebook.com/petervonpoehl
www.petervonpoehl.com

My essentials for Magic RPM by Peter von Poehl
© Peter von Poehl / All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

Florent Marchet

My essentials for Stereographics © Florent Marchet

LES ESSENTIELS DE  FLORENT MARCHET

Tabouret piano
J’ai toujours trouvé que la plupart des tabourets de piano étaient moches et inconfortables. Un jour, je suis tombé sur cet ottoman et je l’ai convaincu de devenir tabouret de piano. Sauf qu’il ne m’avait pas dit qu’il portait des roulettes. C’est assez étrange, on a l’impression que le piano est posé sur une patinoire.

Orgue Eminent Grand Théâtre
C’est en Allemagne que j’ai trouvé cet orgue mythique que l’on entend notamment sur de nombreuses musiques de François de Roubaix (à l’époque, en 2007, il était introuvable en France à l’époque, merci “Ebay monde”). Partis à 4 heures du matin de Paris avec un ami et un Marine américain (dont les bras faisaient le double de mes jambes), nous sommes arrivés à 13h10 dans ce petit village de Bavière, accueillis froidement par une petite vieille acariâtre qui nous a reproché d’avoir dix minutes de retard ! Autre mauvaise surprise, l’orgue se trouvait au deuxième étage. L’une des plus grandes souffrances physiques de toute ma vie. Je l’ai aimé si fort que mes bras s’en souviennent…

Lapin Rose
J’entre dans le Sexodrome à Pigalle avec l’intention d’y trouver un vibromasseur.
Le vendeur me demande d’être plus précis : “vaginal, anal, clitoridien ?”. J’explique mon projet : je veux créer des matières sonores en frottant l’objet vibrant sur les cordes de mon piano. Le type alors s’implique à fond, la demande étant peu banale. Après plusieurs démonstrations nous nous mettons d’accord sur un petit lapin rose parce qu’il a plusieurs vitesses et une fonction percussive. Au moment de payer.
Lui : “Vous ne serez pas déçu, en plus il est waterproof.”
Moi : “Vous savez, je mets rarement mon piano dans l’eau (au mieux sur une patinoire).”
Lui : “Je suis désolé, d’habitude c’est un argument de vente.”

Dessin Pierre La Police
Je suis fou de ce dessinateur timbré. Je vénère Les Mousquetaires de la Résurrection. Et pourtant, avec ma femme, c’est le seul terrain sur lequel on ne se retrouve pas. Les dessins de La Police l’angoissent. Par amour elle a accepté de voir trôner dans le salon ce dessin original (signé de la main du maitre) qui a servi pour la couverture du troisième tome de Véridique !

Monocorde de Poussot
J’ai toujours rêvé de savoir jouer du violon ou du violoncelle. Mais avant de pouvoir sortir un son potable il faut du temps et beaucoup de pratique. J’ai rêvé d’un instrument à cordes où les doigts ne seraient pas obligés de fabriquer les notes, comme c’est le cas pour le piano. J’en ai rêvé et en faisant des recherches, je me suis aperçu que cet instrument avait été inventé fin XIXe par Joseph Poussot. La main droite tient l’archet et la main gauche joue les notes sur le clavier. Le pied droit reproduit le vibrato. Il n’existe que très peu d’exemplaires (environ mille deux cents) pour la simple et bonne raison que Poussot s’est noyé dans la Meuse alors qu’il n’avait pas trente ans. Après des heures passées sur des forums consacrés aux instruments anciens, j’ai eu la chance d’en trouver un. En studio, je me prends parfois pour le Jordi Savall de la pop.

Harvest de Neil Young
J’aime bien réécouter ce vinyle original de Neil Young trouvé dans une boutique à Québec. En 2006, pendant l’enregistrement de mon deuxième album (Rio Baril), nous faisons souvent référence à Harvest. Avec mon camarade Erik Arnaud nous partons à Los Angeles pour le mixage de l’album. Le studio étant assez cher, on fait un effort sur l’hébergement : l’hôtel est donc sordide mais j’aime bien cette ambiance (disons les mots, c’est quasi un hôtel de passe). Allongés sur un lit étroit et carcéral, il est difficile de trouver le sommeil, tout jet-lagués que nous sommes. Alors à quatre heures du matin nous allumons machinalement la télé et tombons sur un concert de Neil Young. Le lendemain, j’arrive dans la cour du studio et je tombe sur un type un peu crasseux avec un chien qui l’est tout autant. Je le salue, le type prend son café. Sa tête me dit vraiment quelque chose. Je rassemble ma mémoire afin de savoir dans quel bar du Berry j’ai bien pu le croiser (même si c’est peu probable). J’arrive dans la cabine de mixage, l’ingé son me dit que notre voisin de studio aujourd’hui n’est autre que Neil Young. Je retourne dans la cour, Neil envolé, disparu ! Nous ne le reverrons pas de la journée. Nous nous consolerons en caressant son chien dans la cour et lui lançant la balle, c’est déjà ça.

Florent Marchet
Janvier 2017

En collaboration avec

Article paru initialement dans le #202 de Magic RPM (janvier/ février 2017)
Photographies par Julien Bourgeois / Mille mercis à Vincent Théval et à Magic RPM.


Plus d’informations sur Florent Marchet
www.facebook.com/florent.marchet

Le dernier album de Frère Animal, Second Tour est disponible chez PIAS LE LABEL

My essentials for Magic RPM by Florent Marchet
© Florent Marchet / All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

Marc Morvan et Pascal Blua

Interview réalisée à l’occasion de la chronique de l’artwork de l’album “The Offshore Pirate” de Marc Morvan, classé dans le top 2016 des pochettes les plus marquantes par le site Neoprisme (artwork & musique).

Basiquement, que veut-elle dire, cette pochette de disque ?
Pascal Blua — Cette pochette est une invitation à l’aventure et à une certaine forme d’évasion épique et mystérieuse… mais c’est aussi une simple illustration stricto sensu du titre de l’album. L’artwork est construit sur le décalage visuel entre le graphisme de la pochette extérieure et le portrait qui se trouve sur la pochette intérieure.

Cette création-là est-elle une création originale, où une réutilisation ?
PB — Par principe, je ne réutilise jamais des créations d’un projet à l’autre, parce que je pense que chaque création doit être spécifique.
Pour cette pochette, nous nous sommes bien évidemment fortement inspiré des récits d’aventures, des films de pirates et autres récits épiques marins. L’image de la couverture est un photogramme extrait d’un film américain des années 50 et il correspond exactement à l’image que l’on cherchait. Nous avons garder la teinte noir et blanc d’origine même si Marc et moi aurions aimé avoir un reflet d’or dans l’oeil de la pieuvre, mais c’était vraiment hors budget de fabrication ! Par contre, j’ai retravaillé le portrait de Marc (signé du photographe Julien Bourgeois) de manière à garder une homogénéité et une cohérence visuelle de l’artwork. La typographie utilisée mêle le trait du dessin manuel à une forte évocation classique et littéraire, clin d’oeil aux grands romans d’aventures…

Artwork © Pascal Blua / Photographie © Julien Bourgeois
Artwork © Pascal Blua / Photographie © Julien Bourgeois

Y a-t-il, dans la démarche initiale, un lien à trouver entre le titre de l’album et cette pochette de disque ?
PB — Bien sur ! C’est un point extrêmement important pour moi lorsque je travaille sur une pochette. J’essaye toujours que la mise en forme graphique soit la plus juste possible par rapport au projet.
J’aime à travailler de manière collaborative, dans la construction et l’échange. J’ai eu l’énorme chance de réaliser des pochettes dans le cadre de véritables collaborations artistiques (Michael Head, The Apartments, 49 Swimming Pools, Label Pop Session, etc…) et quelques pochettes dites de “commande”. Même dans ce cadre, j’ai ce besoin d’échange dans le process de création qui souvent débouche sur une collaboration.
Mon travail graphique est une extension sensorielle et visuelle de l’univers musical. Le son et l’image ne doivent faire qu’un et en même temps se répondre : c’est un dialogue entre le fond et la forme.

L’idée de base vient-elle de Marc Morvan ou de toi-même ?
PB — C’est un long cheminement ! Le titre de travail de l’album était différent du titre que Marc a finalement choisi. J’avais commencé des recherches graphiques et conceptuelles assez poussées avec le premier titre mais plus l’album avançait dans sa réalisation et moins Marc se retrouvait dans le titre de travail.
Lorsqu’il a choisi le titre “The Offshore Pirate”, il avait une idée assez précise en tête de ce qu’il souhaitait. On a beaucoup échangé sur le sujet et la meilleure façon de le mettre en images : nous avons fait des recherches chacun de notre côté et nous nous sommes accordé sur cet artwork très rapidement.

Comment en es-tu venu, d’ailleurs, à cette collaboration avec Marc Morvan ?
PB — C’est de mon fait ! J’apprécie énormément la musique de Marc aussi bien avec son premier groupe 3 Guys Never In qu’à travers ses collaborations avec Ben Jarry.
Nous avons des amis communs et après la sortie de l’album Ophélia, j’ai pris contact avec lui, sans savoir qu’il travaillait sur le projet d’un album. Nous avons sympathisé, je lui ai formulé mon souhait de travailler ensemble et il m’a proposé de travailler sur la pochette de son nouvel album.


Pascal Blua
Décembre 2016


Plus d’informations :
Néoprisme (artwork & music)
facebook.com/Marc-Morvan

Marc Morvan, The Offshore Pirate, Les disques de l’Artisan/Differ-Ant, 2016

Laura Le Baron

My essentials for Stereographics © Laura Le Baron

LES ESSENTIELS DE LAURA LE BARON

Le vinyle de Véronique Sanson : “Live At The Olympia” de 1976. Cette femme c’est une telle force, un talent de compositrice et d’auteur évidemment, une sacrée battante qui s’est imposée sur les scènes au même titre que les chanteurs de l’époque, mais une force dans sa propre vie également (elle a vécu avec un homme violent pendant plusieurs années, a tout supporté pour ne pas perdre la garde de son fils…). J’aime chanter très faux et très fort des morceaux comme Redoutable ou Une Nuit Sur Son Epaule, qui me touchent beaucoup. Bref, Véro, dans le genre piano/frissons/femme géniale, avec Barbara, il n’y a pas au dessus!

Le vinyle de Paul Simon, il me rappelle l’enfance, sa voix est douce, ce n’est que plus tard que j’ai compris quelle ampleur avait eu cet artiste sur la musique ! Ses curiosités, ses découvertes, la tournée avec les sud africains et toute la polémique… Le vinyle appartient à ma mère, on a du me le faire pas mal écouter car il est très rassurant. Mother And Child Reunion est ma préférée. Et Paul est si beau sur la pochette !

“Ma Nuit Chez Maud”, premier Rohmer vu, premier coup de foudre cinématographique pour l’univers de ce grand monsieur. Et Trintignant. “Avez vous lu Pascal ?” ça change de “T’as de beaux yeux tu sais !” mais ça veut dire pareil. Et ce film où les personnages frôlent les choses, se battent avec leurs envies, leurs idées, les conventions. Je le regarde assez peu souvent mais je n’aimerais pas le prêter trop longtemps. C’est beau de le revoir.

Le vinyle de “Grand Tour” d’Orouni. Un groupe dont j’ai fait la promo, je l’ai découvert par mon travail donc, grâce au label Sauvage Records, c’est un super projet, pourvu qu’on aime la pop en anglais, et sur celui-ci particulièrement, les voyages… un prochain disque se prépare.

Mes sandales. Cette année elles sont dorées, j’aime l’été pour marcher en sandales, c’est régressif, signe de vacances, on peut les emporter partout, et je déteste marcher pieds nus !

“La Reproduction” d’AFD, un magnifique disque. Un disque dont j’attends la suite depuis six ans, entre espoir et désespoir. En boucle, je l’ai écouté. Des jours. Des semaines. Des mois durant. Quel grand disque ! Il reviendra, j’en suis sûre !

Mon nouvel agenda et mes cartes de visite. Le premier m’est indispensable. J’oublie absolument tout sans lui. Les deuxièmes trainent dans tous mes sacs, et je suis fière de mon logo, dessiné par Sylvain Oger.

Ce vinyle de George Harrisson, “Give Me Love Give Me Peace On Earth” il dit tout dans le titre, qu’il était beau dans sa barbe ce George ! Un gourou d’amour et que ses mots résonnent dans le vide aujourd’hui! Ce titre est doux et plein d’espérance, j’aime bien l’écouter, au bureau, où est la platine.

“La Noce” de Pavel Lounguine. Alors ce film fut une bouffée de Russie contemporaine, à sa sortie, une belle découverte pour moi qui ai étudié au lycée le russe. Je galérais! Ce conte plein d’accordéon, de mafia, de campagne moscovite est d’une grande tendresse. Le mariage y est sublime, une cérémonie orthodoxe.
Est il fidèle à la Russie d’aujourd’hui ? J’aimerais croire que oui, mais je fantasme ce pays, en attendant d’aller marcher dans les forêts de bouleau, au chant des loups…

L’un de mes plus beaux souvenirs de lecture c’est “Balzac et la petite tailleuse chinoise” de Dai Sijie, qui vit en France aujourd’hui. Il raconte la révolution culturelle, ses horreurs et la résistance par la préservation de quelques ouvrages “interdits” car subversifs. Dont ceux de Balzac. Et l’initiation à la lecture d’une jeune villageoise illetrée par le héros, qui va transformer – forcément – sa vie. Cela ne m’a pas fait aimer Balzac mais les autres ouvrages de Dai Sijie oui !

La petite tasse anglaise appartenait à ma grand-mère, elle ne devait pas s’en servir beaucoup, elle a l’air neuf, je l’ai récupérée dans son appartement, elle est partie il y a cinq mois. Ca me parait encore impossible. Un grand vide.
C’est un petit bout d’elle dans un objet que j’utilise au quotidien, car je bois beaucoup de thé, et j’aime bien cette idée quand j’ai peur de l’oublier. Elle est chic et ringarde en même temps avec ses petites fleurs dorées. Je l’adore.

“Oncle Vania” de Tchekhov. Quand je faisais du théâtre je voulais jouer Sonia, la fille moins jolie, celle qui bosse sur le domaine familial en ruine et se sacrifie jusqu’au bout pour le maintenir à flot, qui aime le médecin en secret, sans qu’il ne l’ait jamais regardée. J’avais finalement suivi les conseils de mon prof, et joué Elena. L’autre femme. Belle et riche, assez antipathique. Et c’est toujours mieux de jouer le personnage qui ne vous ressemble pas à priori. Tchekhov en français ça peut être poussiéreux, ennuyeux, comme par Podalydes parfois, à la Comédie Française, alors que c’est la Russie qui s’écroule, celle d’un XIXe conscient de ses défis et de ses faiblesses.

Le parfum c’est “Amour” de Kenzo. Je l’ai depuis des années. Ca doit être mon parfum d’adulte. J’ai appris que c’était un parfum “de peau”, qui ne se sent qu’à une petite distance, contrairement à un parfum “de sillage” (ceux qui cocottent à deux cents mètres !)

“Le Festin de Babeth” c’est le premier film que j’ai vu au cinéma apparemment. Un film incroyable, Stéphane Audran (quelle femme !!) est un chef français qui a fui La Commune et sert dans une communauté très religieuse au Danemark. Un jour, elle prépare un repas incroyable pour les membres de cette “secte” et c’est jubilatoire de les voir réagir (à ce pêché qu’est d’apprécier la bonne chère !).

Ce portrait de Jay Jay Johanson par Julien Bourgeois m’a été offert par mon amie Valérie, qui tient la belle boutique French Touche, rue Legendre dans le XVIIème. Après le bel accrochage de Julien Bourgeois dans sa boutique il y a quelques années, sur son livre “Swedish Music Landscape”, elle m’a fait ce cadeau !
Jay-Jay, c’est un artiste que j’admire beaucoup, et pas uniquement pour sa merveilleuse chanson “Laura” (je l’aimais déjà avant !) Il incarne un éternel chic, romantique, c’est un dandy, un poète…

L’affiche des “Demoiselles De Rochefort” de Jacques Demy, film de l’enfance, de la musique, de la joie. Demy c’est un appel à l’enfant en nous c’est magique. On l’aime tous je crois, il n’y a rien de très original dans ce coup de cœur. Si ce n’est que ce film termine de rendre amoureux de Piccoli pour toujours et à jamais. On a envie que les jumelles le reconnaissent à chaque instant. Simon Dame. ♡♡♡

Et enfin, la cerise sur le canapé, mon chat Hedda. C’est un personnage, pas une personne, qui prend beaucoup de place. Elle compte beaucoup. Les chats ne vivent pas chez nous mais avec nous, et la plupart du temps, nous vivons chez eux.

Laura Le Baron
Septembre 2016


Plus d’informations sur Laura Le Baron
facebook.com/lebaron.lora

My essentials for Stereographics by Laura Le Baron
© Laura Le Baron / All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

Newsletter Stereographics

Pour ne rien manquer d’Essentiels
et tout suivre de Stereographics.