Laura Le Baron

My essentials for Stereographics © Laura Le Baron

LES ESSENTIELS DE LAURA LE BARON

Le vinyle de Véronique Sanson : “Live At The Olympia” de 1976. Cette femme c’est une telle force, un talent de compositrice et d’auteur évidemment, une sacrée battante qui s’est imposée sur les scènes au même titre que les chanteurs de l’époque, mais une force dans sa propre vie également (elle a vécu avec un homme violent pendant plusieurs années, a tout supporté pour ne pas perdre la garde de son fils…). J’aime chanter très faux et très fort des morceaux comme Redoutable ou Une Nuit Sur Son Epaule, qui me touchent beaucoup. Bref, Véro, dans le genre piano/frissons/femme géniale, avec Barbara, il n’y a pas au dessus!

Le vinyle de Paul Simon, il me rappelle l’enfance, sa voix est douce, ce n’est que plus tard que j’ai compris quelle ampleur avait eu cet artiste sur la musique ! Ses curiosités, ses découvertes, la tournée avec les sud africains et toute la polémique… Le vinyle appartient à ma mère, on a du me le faire pas mal écouter car il est très rassurant. Mother And Child Reunion est ma préférée. Et Paul est si beau sur la pochette !

“Ma Nuit Chez Maud”, premier Rohmer vu, premier coup de foudre cinématographique pour l’univers de ce grand monsieur. Et Trintignant. “Avez vous lu Pascal ?” ça change de “T’as de beaux yeux tu sais !” mais ça veut dire pareil. Et ce film où les personnages frôlent les choses, se battent avec leurs envies, leurs idées, les conventions. Je le regarde assez peu souvent mais je n’aimerais pas le prêter trop longtemps. C’est beau de le revoir.

Le vinyle de “Grand Tour” d’Orouni. Un groupe dont j’ai fait la promo, je l’ai découvert par mon travail donc, grâce au label Sauvage Records, c’est un super projet, pourvu qu’on aime la pop en anglais, et sur celui-ci particulièrement, les voyages… un prochain disque se prépare.

Mes sandales. Cette année elles sont dorées, j’aime l’été pour marcher en sandales, c’est régressif, signe de vacances, on peut les emporter partout, et je déteste marcher pieds nus !

“La Reproduction” d’AFD, un magnifique disque. Un disque dont j’attends la suite depuis six ans, entre espoir et désespoir. En boucle, je l’ai écouté. Des jours. Des semaines. Des mois durant. Quel grand disque ! Il reviendra, j’en suis sûre !

Mon nouvel agenda et mes cartes de visite. Le premier m’est indispensable. J’oublie absolument tout sans lui. Les deuxièmes trainent dans tous mes sacs, et je suis fière de mon logo, dessiné par Sylvain Oger.

Ce vinyle de George Harrisson, “Give Me Love Give Me Peace On Earth” il dit tout dans le titre, qu’il était beau dans sa barbe ce George ! Un gourou d’amour et que ses mots résonnent dans le vide aujourd’hui! Ce titre est doux et plein d’espérance, j’aime bien l’écouter, au bureau, où est la platine.

“La Noce” de Pavel Lounguine. Alors ce film fut une bouffée de Russie contemporaine, à sa sortie, une belle découverte pour moi qui ai étudié au lycée le russe. Je galérais! Ce conte plein d’accordéon, de mafia, de campagne moscovite est d’une grande tendresse. Le mariage y est sublime, une cérémonie orthodoxe.
Est il fidèle à la Russie d’aujourd’hui ? J’aimerais croire que oui, mais je fantasme ce pays, en attendant d’aller marcher dans les forêts de bouleau, au chant des loups…

L’un de mes plus beaux souvenirs de lecture c’est “Balzac et la petite tailleuse chinoise” de Dai Sijie, qui vit en France aujourd’hui. Il raconte la révolution culturelle, ses horreurs et la résistance par la préservation de quelques ouvrages “interdits” car subversifs. Dont ceux de Balzac. Et l’initiation à la lecture d’une jeune villageoise illetrée par le héros, qui va transformer – forcément – sa vie. Cela ne m’a pas fait aimer Balzac mais les autres ouvrages de Dai Sijie oui !

La petite tasse anglaise appartenait à ma grand-mère, elle ne devait pas s’en servir beaucoup, elle a l’air neuf, je l’ai récupérée dans son appartement, elle est partie il y a cinq mois. Ca me parait encore impossible. Un grand vide.
C’est un petit bout d’elle dans un objet que j’utilise au quotidien, car je bois beaucoup de thé, et j’aime bien cette idée quand j’ai peur de l’oublier. Elle est chic et ringarde en même temps avec ses petites fleurs dorées. Je l’adore.

“Oncle Vania” de Tchekhov. Quand je faisais du théâtre je voulais jouer Sonia, la fille moins jolie, celle qui bosse sur le domaine familial en ruine et se sacrifie jusqu’au bout pour le maintenir à flot, qui aime le médecin en secret, sans qu’il ne l’ait jamais regardée. J’avais finalement suivi les conseils de mon prof, et joué Elena. L’autre femme. Belle et riche, assez antipathique. Et c’est toujours mieux de jouer le personnage qui ne vous ressemble pas à priori. Tchekhov en français ça peut être poussiéreux, ennuyeux, comme par Podalydes parfois, à la Comédie Française, alors que c’est la Russie qui s’écroule, celle d’un XIXe conscient de ses défis et de ses faiblesses.

Le parfum c’est “Amour” de Kenzo. Je l’ai depuis des années. Ca doit être mon parfum d’adulte. J’ai appris que c’était un parfum “de peau”, qui ne se sent qu’à une petite distance, contrairement à un parfum “de sillage” (ceux qui cocottent à deux cents mètres !)

“Le Festin de Babeth” c’est le premier film que j’ai vu au cinéma apparemment. Un film incroyable, Stéphane Audran (quelle femme !!) est un chef français qui a fui La Commune et sert dans une communauté très religieuse au Danemark. Un jour, elle prépare un repas incroyable pour les membres de cette “secte” et c’est jubilatoire de les voir réagir (à ce pêché qu’est d’apprécier la bonne chère !).

Ce portrait de Jay Jay Johanson par Julien Bourgeois m’a été offert par mon amie Valérie, qui tient la belle boutique French Touche, rue Legendre dans le XVIIème. Après le bel accrochage de Julien Bourgeois dans sa boutique il y a quelques années, sur son livre “Swedish Music Landscape”, elle m’a fait ce cadeau !
Jay-Jay, c’est un artiste que j’admire beaucoup, et pas uniquement pour sa merveilleuse chanson “Laura” (je l’aimais déjà avant !) Il incarne un éternel chic, romantique, c’est un dandy, un poète…

L’affiche des “Demoiselles De Rochefort” de Jacques Demy, film de l’enfance, de la musique, de la joie. Demy c’est un appel à l’enfant en nous c’est magique. On l’aime tous je crois, il n’y a rien de très original dans ce coup de cœur. Si ce n’est que ce film termine de rendre amoureux de Piccoli pour toujours et à jamais. On a envie que les jumelles le reconnaissent à chaque instant. Simon Dame. ♡♡♡

Et enfin, la cerise sur le canapé, mon chat Hedda. C’est un personnage, pas une personne, qui prend beaucoup de place. Elle compte beaucoup. Les chats ne vivent pas chez nous mais avec nous, et la plupart du temps, nous vivons chez eux.

Laura Le Baron
Septembre 2016


Plus d’informations sur Laura Le Baron
facebook.com/lebaron.lora

My essentials for Stereographics by Laura Le Baron
© Laura Le Baron / All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

Orouni

My essentials for Stereographics © Orouni

LES ESSENTIELS D’OROUNI

Ma guitare classique est à l’origine de mon activité musicale : si ma mère ne me l’avait pas confiée, je n’aurais peut-être jamais composé de chansons. Aujourd’hui, je n’ai pas toujours besoin d’elle pour imaginer des mélodies, mais c’est vers elle que je reviens lorsqu’il s’agit de chercher des précisions mélodiques et harmoniques. Et comme l’instrument est peint (par ma famille et moi), il illustre bien l’interaction qui existe dans mon esprit entre musique et arts visuels.

Pour continuer à explorer le lien entre histoire personnelle et parcours musical, mon synthé (que mes parents m’ont offert lorsqu’ils se sont aperçus que j’étais diplômé du baccalauréat) me suit depuis assez longtemps. On peut l’entendre sur tous mes albums, pour l’instant. Si certains l’apprécient, d’autres méprisent un peu ce modèle, qui n’est pas du tout à la mode. Mais je m’en fiche. Il permet d’enregistrer assez rapidement des démos plutôt poussées, il est donc un excellent complément de mes guitares.

Le deuxième clavier essentiel pour moi est celui de mon ordinateur. En quelques années, de nombreuses actions qui auparavant consistaient à aller dans une salle de cinéma, louer un studio d’enregistrement, écouter de la musique sur une chaîne ou sortir papier à lettre et stylo à plume ont pu être remplacées par une seule : être devant un ordinateur (souvent avec un casque) pour regarder un film, enregistrer de la musique, en écouter et taper des emails. Je vais toujours au cinéma et en studio, mais aujourd’hui, une partie importante de mon activité liée à la musique s’effectue de manière informatique. L’avantage est qu’on gagne en autonomie, mais l’inconvénient est que les situations sont peu variées.
(J’en profite pour indiquer que la touche espace de ce clavier est cassée, et j’ai justement regardé des tutoriels pour la réparer (vive l’autonomie) mais je n’y suis pas parvenu, donc si quelqu’un dispose de cette compétence, qu’il/elle me contacte.)

Quand j’en ai assez de faire de la musique sur mon ordinateur, je sors en prenant mon appareil photo. Je n’ai aucune technique, je pratique en amateur et publie des sélections sur mon compte Flickr. J’aime beaucoup ça, et parfois, je me demande si je ne voyage pas uniquement pour prendre des photos. C’est le sujet de la chanson Kalimbalism. Je ne peux pas m’empêcher de m’approprier une partie de ce que je vois et que j’aime, afin que cela fasse aussi partie de moi et que je puisse éventuellement en faire quelque chose plus tard. Le vinyle de Grand Tour comporte d’ailleurs un livret de douze photos A4, et pendant les mois qui ont précédé la sortie de cet album, j’ai alimenté un blog de correspondances photographiques grâce à des images rapportées de mes voyages. Pour la petite histoire, après m’être fait voler un appareil photo en Afrique du Sud, lorsque j’ai voulu immédiatement en racheter un sur place, il ne restait en magasin que ce modèle rose métallisé (coloris que je n’aurais pas spontanément privilégié). L’agression qui m’a poussé à acquérir cet engin a inspiré les paroles de Firearms.

La compilation African Pearls – Congo 70 – Rumba Rock représente mon amour insatiable de la musique africaine, en particulier du pays sus-cité, Afrique du Sud, Éthiopie, Ghana, Guinée, Mali, Nigéria et Sénégal. Je l’apprécie d’abord en tant qu’auditeur, et ensuite, à l’instar de la photo, j’essaie de m’en inspirer dans ma propre production, de différentes façons.

Enfin, j’ai sélectionné Le Rouge et le Noir de Stendhal (mais cela aurait pu être Anna Karénine de Tolstoï ou Une maison de poupée d’Ibsen) car l’embêtant, quand on compose des chansons, c’est qu’il faut écrire des paroles. Lire permet donc de se frotter à tout cela, dans un premier temps par pur plaisir en tant que simple lecteur (et il faut bien occuper tous ces voyages en train), puis afin de déterminer si on peut en prendre de la graine. J’ai choisi Stendhal ici pour le syndrome auquel il a donné son nom (j’avais d’ailleurs appelé mon blog de récits de voyages ainsi) : certaines personnes commencent à défaillir lorsqu’elles sont exposées à une surcharge de beauté.


Orouni
Janvier 2016

Plus d’informations sur Orouni :
www.orouni.net
www.facebook.com/Orouni
My Favorite Things (A Découvrir Absolument)

A la une

“Avant de rencontrer Lisa, j’ai rencontré les mots de Lisa. J’ai commencé à la lire en 2010, elle tenait un blog. J’affectionnais son écriture …

Newsletter Stereographics

Pour ne rien manquer d’Essentiels
et tout suivre de Stereographics.