Dominique Dalcan

My essentials for Stereographics © Dominique Dalcan
Flamboyant. C’est sans doute le terme qui convient le mieux à Dominique Dalcan. La première fois que j’ai entendu sa voix – sans même savoir que c’était la sienne puisqu’il chantait sous le nom cryptique de Xarrax Becker (!) – c’était en 1989, sur « Wake up your heart », titre incandescent de l’album— manifeste « Iconoclasmes » de Complot Bronswick.
Puis ce fut le premier album solo « Entre l’étoile et le Carré » où Dalcan révéla sans fioriture ni (im)posture une sensibilité et une étrangeté déjà fascinantes, proposant une pop raffinée et très subtilement décalée. Avec des chansons comme « Les années bleues » et sa langueur chaloupée, on nage alors en eaux douces et délicieusement troubles… Ce n’est que le début.
Lorsqu’en 1994 sort son successeur, l’immense « Cannibale » c’est un diamant brut jeté dans la marre de la chanson française. Rien de moins. Dès la première écoute, on sent qu’on est face à un grand disque, à la hauteur de ses ambitions affichées et assumées, et impeccable sous tous rapports : label prestigieux et irréprochable (Crammed Discs), équipe de choc : Bertrand Burgalat, Olivier Libaux, Renaud-Gabriel Pion, Mark Hollander, Gilles Martin, David Whitaker… « Le Danseur de Java » subjugue par son lyrisme classieux, « Brian » étonne, émeut et fait sourire (chose rare en pop) en conjuguant texte et parti-pris schizophrénique audacieux, mélodie et arrangements imparables : même quand il règle ses comptes avec le music business, Dalcan reste fin, gracieux, élégant.
La suite, radicale, envoie un signe très clair : en sortant un EP intitulé « Cheval de Troie » Dalcan indique qu’il ne sera pas là où vous l’attendrez. On n’est pas loin du suicide commercial – les fans de Mark Hollis apprécieront. Cinq morceaux foudroyants, où l’on retrouve le très fidèle et regretté Olivier Libaux, s’enchaînent. Cinq morceaux en figure crânement libre, aux titres somptueux et osés : « Aveugle & Sourd », « Le Chant Des Nymphes », « Hélène », « Triomphe & Désolation », « Aveugle & Sourd » remixé par un certain Snooze. Parce que, comme si cela ne suffisait pas, Dalcan va encore plus loin en faisant entrer en scène son double somnolant : Snooze – littéralement « petit sommeil ». Mais ne pas s’y fier : Dalcan est bien debout, réveillé, il va le faire savoir et son nouveau champ de prédilection est un laboratoire sonore, ambiant et dansant. Dalcan observe Snooze s’aventurer sur les rives d’une musique électronique ludique, luxuriante et hautement sensorielle. 3 albums et de multiples simples où se télescopent échanges, expérimentations et collaborations.
La jonction Dalcan/Snooze se fera plus tard sur le diptyque « Temperance », salué par la critique et couronné d’une Victoire de la Musique en 2018. Son chant n’a jamais été aussi vital, déployé, vibrant, bouleversant. J’ai eu la chance d’être un témoin privilégié de la construction de « Temperance » alors que je bossais non loin de lui sur mon album « Permafrost ». Nous prenions nos pauses ensemble. On dit parfois qu’il vaut mieux ne pas rencontrer les artistes qu’on aime, pour ne pas être déçu, pour ne pas se prendre ce fameux et redouté coup de tomahawk en plein front. Je n’ai pas été déçu, pas pris de hachette dans la tête – encore que… J’ai rencontré un homme aussi grand de taille que de coeur, curieux, exigeant, pointu, extrêmement drôle, acerbe et tendre. Dalcan c’est tout ça et bien d’autres choses encore.
Protéiforme. Flamboyant. — Nesles, Paris, février 2022. 

LES ESSENTIELS DE DOMINIQUE DALCAN

J’ai beau creuser, rien n’est plus juste pour représenter mon objet compagnon que ce laptop fatigué.
Si on parle de modernité, cet ordi est déjà dépassé. Il contient pourtant l’équivalent d’armoires entières d’archives ainsi que de nombreuses idées à aboutir.
L’équivalent de mes carnets d’avant est désormais sous forme digitale, comme pour beaucoup d’entre nous.

Parfois, je me dis que c’est triste pourtant je refuse d’être matérialiste.
La manipulation de cet outil d’aujourd’hui m’empêche de penser à hier.

J’essaie de m’éloigner des tentations nostalgiques qui caractérisent pour moi le passé. C’est particulier, car je pourrais ressortir des cartons, des photos, des livres précieux, des objets distrayants ou inspirants…en somme, des éléments déclencheurs qui m’ont fait avancer.
Mais ce serait me replonger dans le passé et probablement rouvrir des brèches.

C’est pas simple…

Quand j’étais plus jeune, j’adorais faire de la moto. La mienne n’avait pas de rétroviseur. Ici, c’est un peu la même chose. Pas de regard en arrière, pas de rétro même si je ne renie pas d’où je viens. Au contraire, j’essaie d’avancer, vers une direction qui demeure incertaine, enfin, il me semble…

Dominique Dalcan
Février 2022

Plus d’informations sur Dominique Dalcan
temperancemusic.com
dominiquedalcan.net
instagram.com/dominiquedalcan

My essentials for Stereographics by Dominique Dalcan
© Dominique Dalcan / All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

Newsletter Stereographics

Pour ne rien manquer d’Essentiels et tout suivre de Stereographics.

Autres Essentiels à lire

“La première fois qu’on a rencontré Xavier, c’était sur la Bourse aux Disques annuelle organisée par le festival Hibernarock, chez nous dans le Cantal. …
Un après-midi de mars en l’an 2000, le groupe belge Venus est à L’Olympic de Nantes. Muni d’un enregistreur et d’une bienveillante curiosité, je …

Newsletter Stereographics

Pour ne rien manquer d’Essentiels
et tout suivre de Stereographics.