David Jacob (aka Le Monocle)

David Jacob (aka Le Monocle)

LES ESSENTIELS DE DAVID JACOB (aka Le Monocle)

“Je me charge, j’étage, j’entasse méthodiquement, je jette un peu quand le classement vertical de mon tout, de mon rien vient à piquer du nez. Les objets sont ma mémoire, mes mains ou d’autres mains s’en saisissent et me les offrent, je les découvre, j’en use, je picore, j’y reviens, je les recommande, je les prête, oublie que je les ai prêtés. Alors, je les donne. Malestroit de Marcel Cohen, Armen de Jean-Pierre Abraham, Deux ans de vacances, Max Jacob, ce sont les terres bretonnes de l’enfance, la fascination pour la mer, pour les voyages que d’autres font à ma place, loin ou dans leur tête, et cette maison basse de l’ami de mon père dont la porte et la table se touchaient à chaque fois qu’on entrait ou sortait par le ressac des livres qui jonchaient le sol. 
Les mots m’accrochent parce qu’ils sont d’abord des musiques enfermées qui ne demandent qu’à éclater depuis la bouche du lecteur jusqu’à son oreille toujours occupée, sans repos, mais à qui nous pouvons tout demander. Il faut arrêter de lire avec les yeux sans la voix. Tout doit être dit. Dans Armen, Abraham alors gardien de phare écrit : “il faut courir. Sans cesse monter et redescendre les échelles. Descendre. Pousser les feux. Mais l’aube surgit.”

C’est armé de ces âmes que je me suis dit qu’il fallait que je mette de la clarté dans tout cela pour moi et pour ceux qui m’entourent, pour le fil sur lequel j’entraîne d’autres personnes qui n’ont souvent rien demandé. Alors, je me suis décalé. 

La musique m’accompagne depuis lors et il n’y a pas un jour où je ne chante pas. J’ai découvert Les Smiths au fond d’une église et je ne les ai plus quittés : pour la guitare, les mélodies, les paroles et les pochettes. Logiquement, je me suis procuré l’album vinyle puis plus tard le CD de Bradford sur les conseils toujours avisés et noctambules d’un Bernard Lenoir immanquable. Attention, il s’agit du pressage français de Midnight Music, un enregistrement tout particulier avec la voix captivante de Ian Hodgson. Je me rappelle du sticker rouge sur la pochette “Les Smiths et les Housemartins sont morts, vive Bradford !”. Ce presque “viva” qu’on avait retrouvé à l’époque sur le bleuté Viva Hate et le fameux Viva Dead Ponies des Fatima Mansions. 
Au début des années 90, tout se heurtait dans mon cerveau, je déchiffrais le Melody Maker, le Sound, je dévorais les Inrocks bimestriel et me délectais à chaque fois de cette formidable phrase d’attaque du magazine d’alors : “Trop de couleurs distrait le spectateur” signée Tati. Une époque merveilleuse de distance, de noir et blanc et de silence. 
Le CD du groupe angevin A Singer Must Die et celui de Tantely et Liva me ramènent à des soleils qui me sont tombés dessus alors que je n’étais que loin derrière ma lunette de guetteur. Ils m’ont proposé chacun à leur manière de contribuer à ces deux pépites avec quelques mots écrits et ma voix parlée pendant le concert de l’un, la pochette et le livret pour l’autre. Les bords de Loire sont propices aux trésors cachés avec en passerelle de ces deux productions, l’un des recueils du regretté et ami commun Jean-Louis Bergère : Jusqu’où serions-nous allés si la terre n’avait pas été ronde. La bonne question… 

À tout cela se catapultent et s’entrechoquent les œuvres de mes amis d’enfance, les frères de mes amis : Marc Lizano et ses bandes dessinées qui m’emmènent toujours aussi loin, les textes d’Eric Tessier, l’œuvre tout entière d’Olivier Mellano qui me relie aussi aux batteurs Régis Boulard et Gaël Desbois. 

J’y ai déposé des objets intimes comme ce carnet toujours à portée de mains et ce coquillage d’une âme sœur et un de mes petits livres La saison des puits. Ils constituent ma chambre d’échos. 

L’œuvre complète de John Fante me fascine comme elle touche des milliers d’autres personnes. Rien d’étonnant donc, sauf à dire que nous avons tous des raisons différentes de nous immerger dans ce bouillon. 

Un dimanche matin, certains connaissent l’histoire, j’ai longé le Canal Saint Martin. Et j’ai commencé là mes photos et à me dire que mes mots pouvaient prendre un peu le large, j’avais désormais l’eau comme fil conducteur. Je ne pars jamais sans appareil photographique et ceux qui m’accompagnent savent qu’ils vont devoir faire des haltes incongrues et gagner en patience. 
Le chasseur de reflets Etienne Orsini commet des livres aux nombreux visages, de cette eau et de cette lumière dont d’autres comme Anne Carter font œuvre encrée en quelques courbes et traits pour croquer ceux qui passent sans le savoir ou ne veulent pas le savoir.”

Quidam doux ou en colère, il faut garder l’œil offert…
Ce n’est pas un conseil, c’est un secret qu’il nous faudra toujours partager.

David Jacob (aka Le Monocle)
Juin 2022

Plus d’informations sur David Jacob (aka Le Monocle)
Instagram/davelemonocle
Le monocle de mon oncle.
soundcloud.com/dave-le-monocle

My essentials for Stereographics by David Jacob (aka Le Monocle)
© David Jacob / All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

Alain Bibal

LES ESSENTIELS D’ALAIN BIBAL

Pet Sounds Mono UK First Press
Leica M6 – 35 mm
Leica M7 – 50 mm
Rolleiflex 2.8f
Levi’s Suede Jacket
Badges : SMiLE, Allah-Las, Brother Records (Merci à Matthew Correia)

Alain Bibal
Novembre 2016

 

More information about Alain Bibal
www.facebook.com/alain.bibal
bibalbibal.tumblr.com

My essentials for Stereographics by Alain Bibal
© Alain Bibal / All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

Jérôme Sevrette

My essentials for Stereographics © Jerome Sevrette

LES ESSENTIELS DE JÉRÔME SEVRETTE

Un boitier numérique et son objectif
Un canon 85 mm, 1.2 monté sur un 5D Mark III pour être exacte, mes fidèles alliés auxquels pourtant, je mène la vie dure (chutes diverses, ramassage en vrac dans le sac photo…) mais ils tiennent le choc et c’est avec ce type de matériel que je réalise tous mes portraits, indispensable donc.

Un vieux Polaroid
Pour celui-là, je n’y suis pour rien, ce vieux Pola était déjà mal en point quand je l’ai trouvé dans une brocante. Malgré son état, il m’a permis de réaliser quelques belles séries et les 2 volumes de « Terres Neuves ». Mais au-delà de ça, le Polaroid reste un type, un style de photographie auquel je suis très attaché.

Des livres de photographies & artworks
Anton Corbijn, Magdi Senadji, Vaughan Oliver, pour ne citer qu’eux.
C’est par la lecture de ce type d’ouvrage et celle des magazines musicaux des années 80/90 que je suis arrivé à la photographie. L’imprégnation et l’influence des travaux d’autres grand photographes & artistes était pour moi autodidacte, la seule façon d’apprendre et de développer une vision propre et un style plus personnel.

Une station de travail
Mon bureau, mon laboratoire, ma machine de torture…
Bien évidemment indispensable lorsqu’on travaille en photographie numérique.
Entre le traitement d’image, la paperasse administrative, la facturation, la gestion des mails et des commandes, la veille des réseaux sociaux, je passe énormément de temps à ce poste de travail, surtout la nuit.

Une discothèque
Impossible pour moi de travailler sans musique, même si j’écoute de plus en plus de musique au format numérique, j’aime bien ressortir mes vieux disques de temps en temps.
Je ne vais pas faire la liste ici des groupes ou artistes que j’écoute le plus, il y en aurait trop mais Il y a toujours un style de musique, une ambiance sonore adaptée à mes travaux du moment.

Un smartphone
Le couteau suisse de l’homme moderne… parait-il.
Peut-être, le fait est que je suis très attaché à ce petit appareil.
Même si à la base, ça reste un téléphone, j’ai plaisir à l’utiliser comme une station de travail miniature et portative. Je l’utilise aussi de plus en plus souvent comme un appareil photo d’appoint pour quelques créations que je présente exclusivement sur ma page Instagram. La photo au smartphone est aussi devenue pour moi un style de photographie, un type de création à part entière au même titre que le polaroid par exemple. La série photo « Roma Amor » a d’ailleurs fait l’objet d’une publication aux Editions de Juillet dans la collection Villes Mobiles (collection de livres sur la base de photos réalisées au smartphone)

Un exemplaire de « Terres Neuves »
Que je le veuille ou non, mon nom sera encore pour un bout de temps associé à « Terres Neuves ».
J’aurai passé plus de 6 ans de ma vie à travailler sur cette série composée d’une quarantaine de polaroids et qui aura fait l’objet de 2 publications aux Editions de Juillet, « Terres Neuves » en 2013 et « Terres Neuves [Re] Visions » qui paraitra en septembre prochain.
Mais le cœur, le moteur de ce projet reste les échanges et les rencontres avec les musiciens, groupes, auteurs qui auront apporté leurs contributions musicales & littéraires sur ces 2 volumes, il n’y aurait jamais eu de « Terres Neuves » sans eux.

Une clé de voiture
Je me rappelle que sur le statut de ma première page Myspace (là je parle pour les vieux comme moi qui ont connu cette époque) j’avais juste mis en occupation : « conduire ma voiture… »
Le besoin d’évasion, d’autonomie et de liberté est une chose essentielle dans mon processus créatif.
Est-ce que finalement, je vois ma voiture comme un outil de création ? Allez savoir…
Dans tous les cas, il me serait impossible d’être réactif et de me rendre sur mes shootings en transport en commun, de même pour tous les endroits désertiques, abandonnés que j’ai plaisir à visiter et à photographier, difficile d’y aller en bus où en co-voiturage.
Le « pas de bras = pas de chocolat » ramené à mon cas serait plutôt : « pas de voiture = pas de photos ».


Jérôme Sevrette
Juillet 2016

Plus d’informations sur Jérôme Sevrette
www.instagram.com/jsevrette
www.facebook.com/sevrette.jerome

My essentials for Stereographics by Jérôme Sevrette
© Jérôme Sevrette / All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

Catherine Deylac

My essentials for Stereographics © Catherine Deylac

LES ESSENTIELS DE CATHERINE DEYLAC

Lorsque je travaille, j’utilise des boîtiers numériques: Canon pour filmer, Nikon pour la photo de concert, mais toujours en mode manuel… La GoPro est un outil complémentaire très maniable, discret, amphibie. En un mot, génial! Filmer avec elle rend les choses ludiques, faciles.  
Quant au Nikon F100, il reste mon préféré… J’adore le son de son déclenchement, son ergonomie. L’argentique entretient la magie de l’attente, de la surprise, de la découverte, de l’accident créatif. Je photographie mon entourage avec lui, en noir et blanc. J’aime aussi faire de la photo macro abstractive: interroger la matière, la caresser du regard, la caresser tout simplement. L’objectif macro AF 105mm1/2.8 est parfait.

L’ordinateur centralise tout: le traitement de l’image, le montage vidéo. J’écoute grâce à lui énormément de musique sur internet, au casque, pour alimenter mon blog et mon désir insatiable de nouveaux sons.

Je collectionne les disques, les films, les livres. Je peux dormir par terre, mais pas sans livres à portée de main.
Bowie est le premier artiste que j’ai admiré. Warsawa est mon titre préféré sur Low, quand Philip Glass l’a retravaillé, je suis tombée à genoux.
Dans Agua viva, C. Lispector travaille la matière de l’écriture, la sensation, à la manière d’une plasticienne. J’aime l’intensité, la passion qui animent son oeuvre. Ce titre est doublement évocateur: je vis en bord de mer.
Harold et Maude, parce que j’ai le goût des fleurs simples…
Saul Leiter pour son usage virtuose du flou, des silhouettes et des reflets, extraordinairement poétique.
Modern Architecture since 1900 a été acheté un soir à Los Angeles chez Borders, à Santa Monica, librairie fermée aujourd’hui. J’ai toujours été attirée par la conception d’espaces, et l’architecture contemporaine américaine. Par la conception dans l’espace aussi: en peinture comme en sculpture. Il me semble vital de se laisser traverser quotidiennement par la beauté, sous toutes ses formes. On peut mener une existence modeste mais vivre sans beauté me semble inconcevable.

On met un certain temps à trouver la plume parfaite, à la faire, comme on dit. Je note mes idées, griffonne mes croquis dans un carnet, mes rendez-vous dans un agenda, tout comme j’écris des histoires sur des cahiers à spirale: à l’encre noire de mon stylo fétiche.

J’ai hérité de cette montre à gousset et vraisemblablement de nombreuses aptitudes de mon grand-père. Je ne porte de montre que lorsque je travaille au contact des gens. Lorsque je suis seule, je sais parfaitement l’heure qu’il est. Parfois à la minute près. Je possède peu de bijoux, ne souhaite plus me maquiller.
Un parfum dit beaucoup d’une femme, j’apprécie qu’il soit léger. J’aime l’intemporalité, les caméléons qui se transforment cycliquement, jouent avec leur image. Tout détail m’importe: le choix des matières, des coloris, des lignes. C’est la synthèse des influences, le référentiel, et la note de fantaisie qui me portent vers tel vêtement ou tel objet.
Le travail de François Quesnel, que l’on retrouve dans la boîte ronde en céramique, me parle énormément. François m’a transmis son goût de la pièce unique, de la relation poétique à la terre. Lorsque je jardine, je me relie souvent à lui en pensées, et à mon grand-père, aussi. Mon jardin est mon deuxième bureau.

Certes, il reste des objets que je n’ai pas commentés.
Il n’y a rien à en dire, j’y tiens, et c’est tout.
Je me rends compte aussi que la plupart des objets de cette sélection m’ont été offerts.

En fait, l’Essentiel est Ailleurs.


Catherine Deylac
Avril 2016

Plus d’informations sur Catherine Deylac
catherinedeylac.tumblr.com
www.facebook.com/catherine.deylac
Lartsenic BlogZine


My essentials for Stereographics by Catherine Deylac
© Catherine Deylac / All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

Elian Chrebor

My essentials for Stereographics © Elian Chrebor

LES ESSENTIELS D’ÉLIAN CHREBOR

Dix objets.
Qui représentent des instants que j’ai aimés, que j’essaie de reproduire.
Des échanges, des rencontres.

La photographie est bien sûr présente. Qu’a-t-on trouvé de mieux pour les figer, ces instants ?
J’ai posé mon appareil. Un petit reflex sur lequel j’adapte de vieux objectifs. Il y a aussi cette carte postale d’un dodo naturalisé. C’est la première de mes photos que j’ai souhaité, que j’ai osé partager. Elle m’est revenue un jour, retouchée par le peintre Dominique Spiessert. J’étais fou de joie !

Pas loin de la photo, il y a la musique.
Le jazz en particulier.

Le jazz, c’est une façon d’être. La virtuosité au service de la déconstruction, de la reconstruction, de l’improvisation. On ne sait jamais où on va, mais on sait que le voyage sera sujet à découvertes. Plus que les musiciens, c’est leur musique que j’essaie de photographier. Ce qu’ils en font, comment ils la ressentent.

La photo, c’est aussi les voyages. L’Iran, cet Orient fantasmé par mes lectures occidentales. La douceur d’Ispahan, les jardins de Fin à Kashan. C’est un pays changeant. Une jeunesse séduisante et des contrastes dérangeants.

Deux autres livres sont posés là. Voyage au bout de la nuit. Parce que Céline, comme Montherlant, Cioran ou Duras, fait partie de ces écrivains qui m’accompagnent depuis 30 ans. Et puis un recueil de poésies de Verlaine, magnifiquement relié.
Sans être bibliophile, j’aime les beaux livres. Ceux qui ont une histoire. Les grands papiers. Les envois. Les illustrés. Roger Bezombes fait partie des illustrateurs qui me touchent. J’étais très heureux de chiner cette carte de vœux lithographiée.

Le portrait en pied de Marinetti m’a été (aban)donné par Bobig. J’ai participé, sans le vouloir, à la création de cette peinture. Bobig est sans conteste le plus grand artiste contemporain du dimanche ! J’aime sa perception de l’art et de la création : “L’Art c’est n’importe quoi et c’est tant mieux.”

En guise de point final, une tasse à café.


Elian Chrebor
Février 2016

Plus d’informations sur Elian Chrebor :
elianchrebor.fr
www.facebook.com/elian

My essentials for Stereographics by Elian Chrebor
© Elian Chrebor / All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

Éric Auv

My essentials for Stereographics © Eric Auv

LES ESSENTIELS D’ÉRIC AUV

Si je pouvais résumer ma vie, ça tournerait autour de la photographie, de la musique, de la nourriture et des pandas.

La photographie
Débutons par là, j’ai commencé à m’intéresser et à faire un peu de photo quand j’ai découvert l’existence d’un labo photo argentique au sein de ma fac de Pharmacie à Paris 5. J’ai commencé à faire quelques photos de concerts, à les développer et les tirer moi-même ! Faute de temps et de place, je ne fais plus de tirage, mais j’aimerai en refaire un jour !
Ce que j’aime, c’est les vieilles mécaniques…j’aime les vieux appareils, les polaroids, les chambres, les toy-cameras ! Sur la photo, deux appareils que j’adore : le Polaroid SX-70, tellement beau et chouette appareil, et une Graflex Crown Graphic, dont je me sers pour faire du 4X5, pratique pour utiliser une chambre à main-levée grâce à son télémètre ! J’aime aussi mon Pentax 67, mon Polaroid 180, mon Yashica mat 124…
Je pourrai en parler longtemps, je dis souvent que photographe est l’un des plus beaux métiers au monde. J’aimerai aussi me lancer prochainement dans le tirage au collodion… J’admire Diane Arbus, Mary Ellen Mark, Elliot Erwitt, Steve McCurry, Vivian Meier, Gilles Caron, Martin Parr…. Je mets en ligne quelques photos analogiques sur mon site et des photos numériques sur mon Tumblr.

La musique
Beaucoup de choses à dire aussi, on va aller à l’essentiel. Guitariste à la base, mon ami et “frère” Sylvain B. m’a demandé de jouer de la batterie dans son projet ALGO. Je n’ai jamais pris de cours de batterie. J’ai plus ou moins “appris” en regardant Dave Grohl et John Bonham, puis plus tard Jim White et Neil Morgan. Je suis très fier de notre EP, the Misunderstanding. ALGO, c’est comme une 2ème famille pour moi, mais je ne sais pas si ils le savent, hahaha !!!
J’écoute énormément de musique, quelques vinyles pour résumer rapidement ! Nevermind de Nirvana, la base pour moi, Lift your skinny fists like antennas to heaven de Godspeed You! Black Emperor, disque qui m’a poussé à explorer beaucoup d’autres styles musicaux. Mon album préféré de 2015, Divers de la fée Joanna Newsom et enfin Fold Your Hands Child, You Walk Like a Peasant de Belle and Sebastian, impeccable disque de pop.
Ce dernier disque me permet de parler de mes origines sino-khmers. Je me suis “récemment” intéressé à la culture musicale de mon pays des années 70. Mélange de musique traditionnelle cambodgienne et de musique “occidentale” qui était captée à l’époque sur les ondes radio du Vietnam. Cela donne un mélange très authentique, mis en valeur dans cette très belle compilation Dengue Fever presents: Electric Cambodia, regroupant des artistes que mes parents écoutent encore: Sinn Sisamouth, Ros SereySothear, Pan Ron…. Et de ce fait, je me suis mis à lire tout ce que je pouvais sur cette tragique période des Khmers Rouges qui a décimée toute une génération. Je lis actuellement le livre de François Ponchaud Cambodge Année Zéro, missionaire français qui a été l’un des premiers à témoigner de l’horreur…

La nourriture
On me dis souvent que je suis chiant quand j’ai faim! C’est vrai ! J’adore manger (avec des baguettes) et faire à manger. Là encore, c’est très inspiré de l’Asie du Sud-Est et des saveurs de ma mère qui est une excellente cuisinière, la meilleure du monde même ! Je suis gourmand, et j’aime bien accompagner un repas avec du bon vin, avec une préférence pour les Bourgognes et les Vins du Languedoc-Roussillon. J’adore aussi la bière haha…

Pour le reste, le jean noir Cheap Monday et les Chelsea Boots constituent la base de mes tenues, j’ai au moins 5 jeans comme ça identiques (!!!) et rien de mieux que ces bottes, aussi vite mises que retirées! Et mon porte-carte, toujours dans la poche droite de mon jean.


Eric Auv
Janvier 2016

Plus d’informations sur Eric Auv :
www.facebook.com/wearealgo
lebonbonacidule.tumblr.com

My essentials for Stereographics by Eric Auv
© Eric Auv / All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

Louis Teyssedou

My essentials for Stereographics © Louis Teyssedou

Il y a quelques années, il y aurait eu un paquet de Philip Morris au centre de cette photographie. Aujourd’hui, c’est un paquet de chewing-gums Freedent. Les Freedent sont mes cigarettes 2.0 !

Il y a aussi une bouteille de Saint-Emilion, en lieu et place d’une bouteille de Saint-Estèphe. Je n’aime pas la bière, encore moins le Pastis. J’ai donc choisi un entre-deux élégant.

Et un Polaroid 225. C’est un cadeau de mes amis pour mon anniversaire. L’un de mes meilleurs amis est un super photographe et il est fan de Polaroid. Je dois bien avouer que je n’avais jamais trop fait attention à ce type d’appareil avant…
Et puis, le jour où on t’offre ce genre de bestiole, tout bascule ! Tu fais vraiment de la photographie. Et tu foires aussi beaucoup de clichés…
C’est un appareil magique pour 99% des gens que tu rencontres… “Comment ça… la photographie sort de l’appareil directement ?”, “Mais en fait, il y a combien de pixels sur cet appareil ?”, etc

Après le Polaroid, l’argentique. Mon Canon AE1. J’ai également investi dans un laboratoire photographique.
La photographie argentique est tout mon contraire : il faut être patient, rigoureux et surtout savoir prendre son temps. Mais là encore, la magie opère. Et puis les portraits de gamins en N&B à l’argentique, c’est quand même quelque chose…

Mes Ray-Ban. Mon coté Philippe Manoeuvre sûrement. Il y a aussi un t-shirt Carhartt et une sacoche Barbour Steve McQueen. Je sais, c’est sobre et efficace, mais il faut savoir que je suis viscéralement attaché à ces deux objets. Allez savoir pourquoi… ?!

Deux vinyles : Oasis et les Pale Fountains.
Écouter et surtout aimer “Supersonic” à 14 ans, ça change une vie. Le refrain te fait te sentir invincible !
Puis, de Manchester, je prends le train pour Liverpool… Je viens tardivement à Mick Head. J’ai débuté par Shack et l’album que les frères Head ont sorti via le label de Noel Gallagher. Ça remonte à 2006 je crois ?
J’écoute Shack un peu, il y a les Coral aussi, les tournées anglaises d’Oasis avec ces deux groupes en première partie…
Et puis un jour, tu tombes, un peu par hasard, sur le premier album des Pale Fountains. Un disque que j’ai croisé des dizaines de fois et que je n’avais jamais trop écouté. La première “vraie” écoute sera évidemment la bonne…

Un livre : “Voyage au bout de la nuit”.
Comme dit un ami, l’un des seuls privilèges de parler français, c’est de pouvoir lire Céline en version originale ! Lire « Voyage au bout de la nuit », c’est comme écouter « Forever Changes » de Love ou le premier album du Velvet Underground, cela te donne la clef pour comprendre 50 ans de production littéraire. Quelle claque… Et puis, c’est sans doute le livre le plus drôle que j’ai jamais lu !


Louis Teyssedou
Janvier 2015

Plus d’informations sur Louis Teyssedou :
www.soul-kitchen.fr/author
www.flickr.com/photos/louisteyssedou

My essentials for Stereographics by Louis Teyssedou
© Louis Teyssedou / All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author.

Matériel photographique pour la photographie “Essentiels” : Sony Nex 5N / Objectif Canon Fd 24 mm / 2.8

A la une

“Avant de rencontrer Lisa, j’ai rencontré les mots de Lisa. J’ai commencé à la lire en 2010, elle tenait un blog. J’affectionnais son écriture …

Newsletter Stereographics

Pour ne rien manquer d’Essentiels
et tout suivre de Stereographics.