thomas jean henri (jour 5)

LES ESSENTIELS DE THOMAS JEAN HENRI

pascal, rencontré à paris un vingt deux septembre 2016, est un homme qui écrit.

A l’encontre

les gens sont bizarres.
suis-je ma normalité ?
sont-ils si différents ?

j’aime les gens.
je ne m’aime pas assez,
ou peut-être trop ?
défier les habitudes,
jouer avec son danger,
regarder ailleurs.

j’aime la différence.
courir sur l’horizon,
bousculer le confort.
le jeu des 7 erreurs n’en est pas un,
c’est une chance.

j’aime la rencontre.
la première.
briser le miroir.
se confier mais pas trop,
on ne sait jamais.

j’ai rencontré thomas dans sa cabane,
j’ai craqué une allumette
et nourri le feu.

pascal
novembre 2016


Plus d’informations sur pascal : www.bluartwork.com
Plus d’informations sur thomas jean henri
cabanemusic.bandcamp.com

My essentials for Stereographics by thomas jean henri
© thomas jean henri/ All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

thomas jean henri (jour 4)

My essentials for Stereographics © thomas jean henri

LES ESSENTIELS DE THOMAS JEAN HENRI

julien, rencontré à nantes un vingt et un novembre 2015, est un homme qui écrit.


je ne sais pas très bien ce qui fait que l’on se rencontre. la plupart du temps on se manque. on se passe à côté, tout empêtrés que nous sommes dans nos vies respectives (et distraits, il faut le reconnaître).

et puis parfois, la mer s’efface, nous voilà libérés de nos insurmontables insularités, et on se rencontre. il me semble que c’est ce qui nous agite au fond, atteindre l’autre qui habituellement se dérobe. on se doute, quoique confusément, qu’il n’y a rien de plus important que ce tressaillement de l’âme et du cœur.

une première rencontre répète les suivantes, celles que très vite on vient à espérer et qu’il nous faudra provoquer ou attendre.

c’est une répétition mais quand elles sont réussies, (on peut rater une première rencontre, ce n’est pas forcément rédhibitoire) on ne joue pas la comédie, c’est inutile et cela obligerait à différer la rencontre.

c’est une répétition mais on y chérit nos erreurs et nos maladresses, elles nous ressemblent et il est doux de s’y rencontrer soi-même.
on s’y reconnaît mutuellement comme l’autre qui comptera, sur qui l’on pourra compter et qui pourra compter sur nous.

cet autre qui aura à nous en raconter (sur nous aussi).

cet autre dont le cœur content suffira à nous contenter nous mêmes.

le 21 novembre 2015, à 700 kms de marseille et de bruxelles (il fallait bien cela), et alors que la tristesse recouvrait presque tout, j’ai rencontré thomas.

julien
novembre 2016


plus d’informations sur  julien : www.facebook.com/Orso-Jesenska
Plus d’informations sur thomas jean henri
cabanemusic.bandcamp.com

My essentials for Stereographics by thomas jean henri
© thomas jean henri / All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

thomas jean henri (jour 3)

LES ESSENTIELS DE THOMAS JEAN HENRI

coraline, rencontrée un douze décembre 2015 à schaerbeek, est une femme qui écrit.


à force de se croiser, d’échanger ou de partager des cafés, il peut arriver aux humains de se rencontrer.
à la faveur du hasard, par le truchement de circonstances mal définies, d’émotions vaguement digérées: la chose a lieu.
elle fait irruption, arrimée à l’instant, et ce n’est qu’à posteriori, à contretemps, qu’il devient possible de la nommer.

ce que dévoile cette occasion ne ressemble à rien de connu, de promis ou d’espéré. rien d’autre que la vérité d’un lien qui n’exige pas mais impose un constat: le mystère de qui nous sommes momentanément dévoilé.

face à face, côte à côte, cernés par le silence et le verbe alternants, nous empruntons une fréquence et une acuité inédites qui se dissoudront aussitôt l’instant passé.

nous-nous rencontrons à l’endroit précis où nos impossibilités se rejoignent. chacun laissant l’autre au bord de sa fracture à se demander comment cette fois il sera possible de la contourner, de la réduire ou pour un temps s’y noyer. nous restons interdits, implacablement isolés face à la solitude de l’ami, l’amant, le parent approché. infiniment condamnés à rester sur la rive de sa propre complexité habitée par les ombres, les congères, les lumières du passé : ce terrain vague où une mécanique s’est au fil des ans dessinée, cette zone grise à laquelle sans cesse nous revenons parce que c’est tout ce qui jusqu’ici nous a été enseigné.

nous-nous rencontrons quand sur la table offrandes et limites sont déposées. simultanément, généreusement, fermement. quand il n’y a plus personne à sauver, à maudire, à implorer. à l’instant où quelque chose en soi, en l’autre, s’est conjointement incarné. par la précision des mots, la présence, la minutie des gestes et des regards plantés. justes. juste plantés dans cet irrésistible présent qui dit me voici. tel qu’en moi-même, me voici. tu peux parcourir mon corps, retourner ma peau de bête et d’enfant mal né. tu peux investiguer, investir l’arrière de mes pensées, les tiroirs de mon appartement, la face cachée de mes rêves. tu peux le faire mais cela t’épuiserait parce que tu n’y verrais rien. rien d’autre. aucune autre réalité. pas de plus grande sincérité ni de meilleure possibilité qu’à cet instant précis, ce moment donné où par la grâce d’une quelconque vérité nous-nous sommes vus, dévoilés.

ici un risque. ici un miracle. un don. une fragilité.
ici un fanion vaillamment planté sur la cime de notre humanité.

il arrive que ces rencontres premières aient lieu et libèrent un espace où le lien se noue, ou se défait ; quand tour à tour reconnus et reconnaissants, renonçant à la fuite, nous est enfin donnée la possibilité d’aimer.

coraline
novembre 2016


plus d’informations sur coraline : breche.org
Plus d’informations sur thomas jean henri
cabanemusic.bandcamp.com

My essentials for Stereographics by thomas jean henri
© thomas jean henri/ All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

thomas jean henri (jour 2)

My essentials for Stereographics © thomas jean henri

LES ESSENTIELS DE THOMAS JEAN HENRI

jean, rencontré un deux septembre 1972 à braine l’alleud, est un homme qui écrit.


si les pavés sont toujours les mêmes, un peu plus luisants que la veille à cause de la pluie battante de la nuit, mes pas ne sont plus tout à fait les mêmes.

me suis-je dit, il devrait toujours pleuvoir ces matins-là pour mieux camoufler la pudeur des larmes de joie.

hier, il n’était pas là.

maintenant, il habite mes pensées jusque dans mes pas.

d’apparence, plus assurés que la veille mais je sais qu’il faut se méfier des enjambées nerveuses qui accompagnent la béatitude des premières rencontres.

demain, déjà, je sais qu’elles se feront plus mesurées, plus fragilisées, plus attentives aux petits pas espiègles qui me suivront.

dans une inébranlable permanence: que les pavés des rues glissent sous les généreuses averses ou brillent sous un soleil accablant n’y changera rien.

je ne marche désormais plus seul.

jean
novembre 2016


Plus d’informations sur jean : www.vudelavallee.be
Plus d’informations sur thomas jean henri
cabanemusic.bandcamp.com

My essentials for Stereographics by thomas jean henri
© thomas jean henri / All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

thomas jean henri (jour 1)

My essentials for Stereographics © thomas jean henri

All rights reserved Reproduction prohibited without permission of the author.

LES ESSENTIELS DE THOMAS JEAN HENRI

une fois par jour, juste le temps d’une semaine (jour 1)

et si, nos essentiels se trouvaient là.
juste là,
à l’aube de la première rencontre,
de cette idée,
de cet instant fragile,
de ce moment intensément précis,
où l’on a ouvert les yeux sur l’autre.

quel mot,
silence,
hésitation,
maladresse,
blague pourrie,
yeux baissés ou regards affrontés,
ont créé l’émoi,
la naissance d’un sentiment amoureux

avons nous consciemment choisi entre l’intense passion
et l’amitié profonde ?

qu’est ce qui nous a si intimement troublés
dans cet instant tangible et flottant ?

qu’est ce qui nous a vraiment appartenu ?

et puis,
puis, avec le recul des jours passés,

qu’avons nous gardé en mémoire de nos premières rencontres?

quels souvenirs avons-nous retenus pour construire notre propre histoire ?

et puis enfin,
peut-être répondre à celle qui.

celle qui si souvent
me demanda de lui écrire quelques mots,
quelques mots choisis sur notre première rencontre.

ce que,
par la force des choses,
je ne fis jamais.


en ce mois de novembre deux-mille seize,
j’ai proposé à quatre personnes qui écrivent.
de m’envoyer quelques mots,
quelques mots choisis sur l’idée de la première rencontre

thomas jean henri
novembre 2016


Plus d’informations sur thomas jean henri
cabanemusic.bandcamp.com

My essentials for Stereographics by thomas jean henri
© thomas jean henri / All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

“Là, sous le vent…”

Sur son nouveau single, le songwriter belge, Thomas Jean Henri, nous invite à partager une nouvelle fois, l’hospitalité de Cabane. En compagnie d’ami(e)s chers, il entretient avec passion, la douceur des moments partagés.

Il y a peu de temps, tel un petit caillou blanc sur le chemin d’un conte de Perrault, Thomas Jean Henri avait discrètement publié une très belle relecture du (déjà) magnifique Efface la mer d’Orso Jesenka. J’y avais retrouvé, comme une évidence, un lien de parenté, une délicatesse empreinte de simplicité et de chaleur. La brûlure du moment magique , si rare en fait, que l’on sait la reconnaître et l’apprécier.

Sur ce nouveau single, on retrouve les fidèles, Caroline Gabard, Bonnie Prince Billy et Kate Stables au chant, Sean O’hagan aux arrangements. Et à nouveau, cette même impression de partager à l’unisson un moment merveilleux d’équilibre, de simplicité et de délicatesse.
Comme un ami que l’on n’osait espérer se joindre à eux, c’est François Marry qui s’invite en bonus à ce single, et nous offre Là, sous le vent, magnifique version française de “Here, in the Wind”.

L’artwork des deux singles, signé du duo belge boldatwork, est une extension sensorielle de l’univers musical de Cabane.
La pochette du premier single figurait cette fameuse cabane, que l’on imaginait comme un frêle refuge entre ciel et terre. La pochette du second, nous ouvre l’espace : l’air, la terre, la mer… et le feu d’une flamme intacte, qui brûle une nouvelle fois, dans ces deux nouveaux titres.

Ces morceaux me sont déjà indispensables. Comme une autre cabane à Liverpool, je ne cesse d’y revenir, d’y apprécier chaque note, chaque mot, chaque silence, de retourner une face, puis l’autre, de m’y réchauffer, l’âme et le coeur.

En deux singles et six chansons, Thomas Jean Henri est devenu cet ami inconnu — ce “frère” comme disais Daniel Darc — avec qui je partage discrètement une partie de mon intimité.

Il ne le sait pas, mais je me devais de lui dire.


Pascal BLUA

Plus d’informations sur Cabane
cabanemusic.bandcamp.com

Cabane, le single parfait

Cabane est le nouveau projet du songwritter belge Thomas Jean Henri (Soy Un Caballo).
La grande force de ce premier single réside dans l’équilibre parfait entre l’unisson des voix, la tonalité acoustique et la délicatesse des arrangements de cordes.

Les deux titres (Sangokaku / La Gomera) bénéficient d’invités prestigieux : les voix de Bonnie Prince Billy, Kate Stables (This Is The Kit) et Caroline Gabard (Boy & The Echo Choir), les cordes sophistiqués réalisés par Sean O’Hagan (The High Llamas) et la production délicate de Ash Workman (Metronomy, François and the Atlas Mountains).

D’autres collaborations ont été annoncées par Thomas Jean Henri, autant dire que j’attends cela avec impatience !

Le single (vinyl) est disponible ici

A la une

“Avant de rencontrer Lisa, j’ai rencontré les mots de Lisa. J’ai commencé à la lire en 2010, elle tenait un blog. J’affectionnais son écriture …

Newsletter Stereographics

Pour ne rien manquer d’Essentiels
et tout suivre de Stereographics.