Rita Zaraï

LES ESSENTIELS DE RITA ZARAÏ

Parler de ses propres essentiels est quelque chose de particulièrement effrayant en ce qui me concerne. Notamment à cause de la lourde tâche de préparation : il faut trier, sélectionner, organiser, chercher une cohérence, une cohésion. En théorie, je suis familère de ce genre d’exercice, lorsqu’il ne ME concerne pas. Ce qu’il faut savoir c’est que je suis quelqu’un de particulièrement dispersée. Ranger n’est pas forcément quelque chose de naturel pour moi.

Le soir même j’ai commencé à rassembler les objets. Je me suis donc retrouvée avec une montagne de livres. Une redécouverte plus qu’intéressante pour moi-même. Donc merci déjà pour cela.

En toute honnêteté je n’ai pas trop su par quoi commencer, alors j’ai fini par m’arrêter à la sélection la plus restreinte possible, et déjà je trouve qu’il y en a bien trop !! J’ai disposé ces objets à plusieurs endroits de l’appartement, afin d’essayer de prendre la photo la plus avantageuse, la moins brouillonne possible. Sacré challenge.

Commençons par le début. Enfin, décidons de façon arbitraire qu’il s’agit du début de l’histoire, car sur la photographie ce n’est pas forcément évident.

Le téléphone
J’ai pris des notes sur mon téléphone. Il ne figure pas sur la photo puisqu’il m’a servi à la prendre. Cela commence bien n’est ce pas… J’en suis esclave. Consciemment. Il me sert à peu près à tout. J’écris, je fais des photos, des recherches, des images, je regarde des vidéos, j’écoute de la musique. Bref sans cette chose j’imagine que je serai perdue, car il s’agit clairement d’un doudou destiné à combler l’angoisse. Il remplit le vide et mon esprit. Je suis une hyperactive molle. J’ai peur de m’ennuyer. Je fais cinquante choses à la fois. Je me passionne aussi vite que je me lasse. Je parlais de doudou, en fait je crois que cet appareil me fait plutôt office de baby-sitter ainsi que d’animateur de loisirs. Le casque je l’ai toujours avec moi. Pour écouter de la musique, notamment lorsque je marche.

La musique
Évidemment, si je devais choisir un groupe emblématique cela serait New Order. Ce groupe m’accompagne depuis 25 ans, avec plus ou moins de fidélité. J’en fait une source d’inspiration pour à peu près tout dans ma vie : je m’inspire de leur iconographie , je les ai tatoués sur mon bras, Substance est le titre de mon blog, je vénère Barney plus que n’importe qui dans ce bas monde, bref : l’abominable fanatisme au premier degré dans toute ce qu’il a de plus risible. Mais j’assume complètement. Je pourrais parler de Joy Division aussi, ou d’autres groupes qui ont participé à ma construction personnelle. Mais le but n’est pas d’écrire un roman je crois. Quoi qu’il en soit, la musique est importante, elle a constitué d’ailleurs pendant de longues années l’essentiel de mon activité professionnelle. Acquérir, conseiller, échanger : tel était mon quotidien pendant assez longtemps, au sein d’une médiathèque municipale.

La musique m’a permis aussi de rencontrer, virtuellement et «IRL» des personnes d’une énorme valeur. La plus importante rencontre sur le réseau social est sans conteste celle avec Matthieu Malon. De cette amitié est née Brûlure. Un projet poético musical déjanté (s’il fallait le définir) orchestré à des centaines de km de distance. J’écrivais les textes, les enregistrais, les envoyais, il faisait la musique. C’était drôle. Un vrai bon moment.

En musique les querelles de clochers me dépassent un peu… les discussions sérieuses, les gens qui s’écharpent comme si leur vie dépendait de la conversion du monde entier au fanatisme qui les concerne, je ne pige pas trop. Mais j’aime m’en amuser. Quelle perte de temps franchement, alors que tout le monde sait que le meilleur groupe du monde est New Order!

Les images
J’ai commencé par faire vaguement de la photo. Ensuite, temps libre disponible à l’infini aidant, je me suis prise de passion pour la gravure et la sérigraphie, suite logique finalement lorsqu’on aime les images. Mes photos sont essentiellement réalisées à partir de mon téléphone, mais depuis peu j’ai un « vrai » appareil. Je n’ai aucune idée de la manière dont fonctionne la bête. Je fais ça au hasard. C’est ce que je dis tout le temps, j’ai le hasard avec moi. Et je le remercie de m’accompagner en toutes circonstances. Cette photo de l’Atomium de Bruxelles est la première que j’ai faite développer et affichée dans mon intérieur. C’est un morceau de ma ville natale qui trône bien en évidence.

Les publier ces images a été une véritable épreuve pour moi. J’ai créé donc un blog, Instagram m’occupe pas mal en ce moment. Tout cela je le dois particulièrement à Matthieu qui a su m’encourager et me filer un coup de pied au cul. J’ai commencé avec les pochettes de Brûlure en fait. Et maintenant je continue….

Les livres
A la base, c’est mon métier. Je crois que ceux qui m’ont le plus marqué sont ceux que j’ai lu plus jeune. Mon principal problème, c’est que je ne me souviens pas toujours de ce que j’ai lu. En fait la plupart du temps j’oublie. Les deux ouvrages que j’ai choisis ont été lu bien plus récemment.

Je voue une admiration sans failles à Houellebecq dont les livres résonnent en moi comme une évidence. J’ai vraiment l’impression que le type écrit pour moi, il y a une connexion. En plus je le trouve terriblement drôle. L’humour c’est tellement important.

J’ai aussi choisi Blackhole de Charles Burns. C’est une bande dessinée d’une noirceur absolue, un vrai chef d’œuvre qui pour moi doit absolument figurer dans tout bonne bibliothèque.

Le reste….
La couture, la cuisine, les jeux vidéo, les lunettes que je ne mets jamais (j’aime le brouillard), le petit livre rouge (clin d’œil à mon soi-disant militantisme fantasmé d’extrême gauche) et Sainte Rita. Cette fameuse sainte est à l’origine du pseudo que je traîne depuis quelques années sur Internet. Elle est la patronne des causes désespérées. Attention, je ne m’attribue absolument pas la qualité du désespoir. En revanche, être la patronne, c’est une idée qui me plait bien.

Rita Zaraï
Mai 2018

Plus d’informations sur Rita Zaraï
facebook.com/rita.zarai

My essentials for Stereographics by Rita Zaraï
© Rita Zaraï / All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

Jérôme Sevrette

My essentials for Stereographics © Jerome Sevrette

LES ESSENTIELS DE JÉRÔME SEVRETTE

Un boitier numérique et son objectif
Un canon 85 mm, 1.2 monté sur un 5D Mark III pour être exacte, mes fidèles alliés auxquels pourtant, je mène la vie dure (chutes diverses, ramassage en vrac dans le sac photo…) mais ils tiennent le choc et c’est avec ce type de matériel que je réalise tous mes portraits, indispensable donc.

Un vieux Polaroid
Pour celui-là, je n’y suis pour rien, ce vieux Pola était déjà mal en point quand je l’ai trouvé dans une brocante. Malgré son état, il m’a permis de réaliser quelques belles séries et les 2 volumes de « Terres Neuves ». Mais au-delà de ça, le Polaroid reste un type, un style de photographie auquel je suis très attaché.

Des livres de photographies & artworks
Anton Corbijn, Magdi Senadji, Vaughan Oliver, pour ne citer qu’eux.
C’est par la lecture de ce type d’ouvrage et celle des magazines musicaux des années 80/90 que je suis arrivé à la photographie. L’imprégnation et l’influence des travaux d’autres grand photographes & artistes était pour moi autodidacte, la seule façon d’apprendre et de développer une vision propre et un style plus personnel.

Une station de travail
Mon bureau, mon laboratoire, ma machine de torture…
Bien évidemment indispensable lorsqu’on travaille en photographie numérique.
Entre le traitement d’image, la paperasse administrative, la facturation, la gestion des mails et des commandes, la veille des réseaux sociaux, je passe énormément de temps à ce poste de travail, surtout la nuit.

Une discothèque
Impossible pour moi de travailler sans musique, même si j’écoute de plus en plus de musique au format numérique, j’aime bien ressortir mes vieux disques de temps en temps.
Je ne vais pas faire la liste ici des groupes ou artistes que j’écoute le plus, il y en aurait trop mais Il y a toujours un style de musique, une ambiance sonore adaptée à mes travaux du moment.

Un smartphone
Le couteau suisse de l’homme moderne… parait-il.
Peut-être, le fait est que je suis très attaché à ce petit appareil.
Même si à la base, ça reste un téléphone, j’ai plaisir à l’utiliser comme une station de travail miniature et portative. Je l’utilise aussi de plus en plus souvent comme un appareil photo d’appoint pour quelques créations que je présente exclusivement sur ma page Instagram. La photo au smartphone est aussi devenue pour moi un style de photographie, un type de création à part entière au même titre que le polaroid par exemple. La série photo « Roma Amor » a d’ailleurs fait l’objet d’une publication aux Editions de Juillet dans la collection Villes Mobiles (collection de livres sur la base de photos réalisées au smartphone)

Un exemplaire de « Terres Neuves »
Que je le veuille ou non, mon nom sera encore pour un bout de temps associé à « Terres Neuves ».
J’aurai passé plus de 6 ans de ma vie à travailler sur cette série composée d’une quarantaine de polaroids et qui aura fait l’objet de 2 publications aux Editions de Juillet, « Terres Neuves » en 2013 et « Terres Neuves [Re] Visions » qui paraitra en septembre prochain.
Mais le cœur, le moteur de ce projet reste les échanges et les rencontres avec les musiciens, groupes, auteurs qui auront apporté leurs contributions musicales & littéraires sur ces 2 volumes, il n’y aurait jamais eu de « Terres Neuves » sans eux.

Une clé de voiture
Je me rappelle que sur le statut de ma première page Myspace (là je parle pour les vieux comme moi qui ont connu cette époque) j’avais juste mis en occupation : « conduire ma voiture… »
Le besoin d’évasion, d’autonomie et de liberté est une chose essentielle dans mon processus créatif.
Est-ce que finalement, je vois ma voiture comme un outil de création ? Allez savoir…
Dans tous les cas, il me serait impossible d’être réactif et de me rendre sur mes shootings en transport en commun, de même pour tous les endroits désertiques, abandonnés que j’ai plaisir à visiter et à photographier, difficile d’y aller en bus où en co-voiturage.
Le « pas de bras = pas de chocolat » ramené à mon cas serait plutôt : « pas de voiture = pas de photos ».


Jérôme Sevrette
Juillet 2016

Plus d’informations sur Jérôme Sevrette
www.instagram.com/jsevrette
www.facebook.com/sevrette.jerome

My essentials for Stereographics by Jérôme Sevrette
© Jérôme Sevrette / All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

A la une

“Avant de rencontrer Lisa, j’ai rencontré les mots de Lisa. J’ai commencé à la lire en 2010, elle tenait un blog. J’affectionnais son écriture …

Newsletter Stereographics

Pour ne rien manquer d’Essentiels
et tout suivre de Stereographics.