Les Essentiels d’Arnaud Le Gouefflec

Les Essentiels d’Arnaud Le Gouefflec


Mon proteïforme ami Arnaud Le Gouëfflec a de nombreuses cordes à chacun de ses nombreux arcs, autant de bras qu’il faut pour les manier, tout en écrivant un roman, deux scénarios de BD, quelques nouvelles chansons pour son futur disque ainsi que pour le prochain épisode de ses spectacles pour enfants, autant de cerveaux que cela sous-entend pour en parallèle organiser le Festival Invisible tous les ans à Brest ainsi que des soirées transparentes et des sessions fantômes pendant lesquelles il entraine dans son rythme effréné des musiciens locos et étrangers, sans jamais oublier de couver, de ses nombreux yeux incandescents et amoureux, sa famille chérie, ses amis et toute la joyeuse nébuleuse d’artistes de l’Eglise de la Petite Folie, le label qu’il a crée avec sa femme.
Pour se détendre, il cultive des graines de philosophie de vie et de vue de l’esprit, incognito, sous une cape obsessionnelle.
Gildas Secretin

 

LES ESSENTIELS D’ARNAUD LE GOUËFFLEC

Alors si je devais choisir une série d’objets ou d’éléments « représentatifs », je ferai dans la monomaniaquerie, et je prendrais les 10 volumes de la série Back from the grave en piétinant la diversité, la pluralité et la variété avec mes bottes. Je suis fou des Back from the grave depuis ma plus tendre adolescence, et ça ne s’est pas arrangé avec l’âge : je viens de terminer d’en faire la complète acquisition et je pavlovise devant en ce moment même.

Les Back from the grave dont des compilations de 45 tours obscurs des sixties, parfois inédits, oubliés, perdus pour la science, qu’un fossoyeur du nom de Tim Warren a exhumé et sauvé de l’oubli, en écumant les studios, les vide-greniers, en frappant aux portes des vétérans. Je suis fasciné par l’obscurité, surtout quand il en sort quelque chose. Je suis fasciné par ce qui sort victorieux des ténèbres. Je crois que l’énergie créatrice vient de l’underground et que lorsqu’un contenu underground crève la surface et accède à une certaine lumière, la lumière elle-même en est changée, et le monde avec.

Les Back from the grave sont un défi à l’oubli, à l’indifférence. Il y a une forme de revanche là-dedans. Les Cramps, le groupes de psychobilly qui a beaucoup fait pour la réhabilitation de ce genre de groupes et qui est remercié sur les notes de pochette du volume 8, en a fait une devise : « Les Cramps sont là pour se venger. » Ça m’a profondément ému. Rien n’est plus beau qu’une belle revanche, surtout quand c’est contre la mort.

Les Back from the grave sont des compilations de sixties punk, c’est à dire de groupes qui, dix ans avant la date, sont déjà punk, pratiquent un rock primal, violent, bas de caisse, super, qui fait souvent passer les productions punk des années 80 pour des bluettes. Ce sont des groupes anachroniques et j’aime l’anachronisme, je le recherche tout le temps, car c’est un moyen subtil de voyager dans le temps.

Les Back from the grave sont des compilations de groupes adolescents. Je crois qu’on doit des comptes à l’adolescent qu’on a été. Je crois qu’à cet âge là, il y a des chose qu’on voit, et que ces choses-là ne peuvent être balayées d’un ricanement par l’adulte qui arrivera derrière.

Les Back from the grave sont une des pièces du grand puzzle du rock’n’roll, cette énergie venue d’on ne sait où, et qui s’est incarnée plusieurs fois, à différentes époques et dans des lieux renouvelés. Les Back from the grave témoignent de son passage dans les États-Unis des 60s. Je l’ai traquée dans les discothèques de prêt et chez les disquaires : on la recroise souvent, ici ou là sur le globe. Soyons vigilants. Elle repassera bientôt.

Pour toutes ces raisons, les Back from the grave sont une motivation pour se lever le matin, une bonne raison de naître, et un permis pour sortir de sa tombe.

Voilà ce que je voulais dire sur les Back from the grave et sur la vie en général.

 

Arnaud Le Gouëfflec
Novembre 2016

 


Plus d’informations sur Arnaud Le Gouëfflec
www.facebook.com/arnaud.legouefflec
www.eglisedelapetitefolie.com

My essentials for Stereographics by Arnaud Le Gouëfflec
© Arnaud Le Gouëfflec / All rights reserved / Reproduction prohibited without permission of the author

Ils sont 2 commentaires

Add yours
  1. Les Essentiels de Gildas Secretin - Stereographics

    […] Gildas Secretin est mon ami depuis si longtemps que la vie passée sans lui est reléguée au rang des prolégomènes. C’est le meilleur ami du monde. C’est aussi un graphiste de premier ordre et un musicien délicat et sensible, dont les 3 albums, sous le nom de Garden with lips, sont sortis sur mon label l’Église de la petite folie, dont il assure depuis le début tous les visuels. Donc une histoire de fidélité. Pour se détendre, il cuisine comme un dieu. — Arnaud Le Gouëfflec […]

Il est 1 commentaire