A Tale of Two Cities

"A tale of Two Cities" - Sérigraphie par Pascal Blua et Stéphane Constant / Photographie © Dezzig
“A tale of Two Cities” – Sérigraphie par Pascal Blua et Stéphane Constant / Photographie © Dezzig

Scroll down for english text

Depuis leurs débuts, le groupe australien The Apartments, emmené par le songwriter Peter Milton Walsh, est un trésor partagé par quelques milliers de personnes à peine. Il l’est encore aujourd’hui, mais cela pourrait peut-être bien changer dans les mois à venir…

Après 18 ans d’absence discographique, The Apartments était de retour au printemps 2015, avec un fabuleux cinquième album, No Song, No Spell, No Madrigal, publié sur le label parisien Microcultures. Au même moment à New York, le label Captured Tracks rééditait le premier album du groupe The Evening Visits… And Stays for Years, devenu un classique depuis sa sortie en 1985.
Un heureux hasard que l’on se devait de célébrer !

Au travers de mes collaborations avec The Apartments (les pochettes des albums 7 Songs et No Song, No Spell, No Madrigal, les affiches des tournées 2012 et 2015), une réelle complicité s’est installée avec Peter Milton Walsh. Au cours de nos échanges, autour  de la sortie de l’album No Song, No Spell, No Madrigal, l’idée d’un visuel s’est formée de plus en plus précisément, dans mon esprit. Stéphane et moi avions déjà travaillé ensemble, à quatre mains sur une sérigraphie An Evening withéditée en 2012 lors de la précédente tournée française du groupe. L’idée de retravailler ensemble s’est naturellement imposée, lorsque nous avons évoqué le projet d’une sérigraphie, qui accompagnerait la sortie du nouvel album.

La sérigraphie, que nous avons réalisée, est une allégorie de l’univers si particulier de Peter Milton Walsh. Un univers qui brille de références musicales, littéraires et cinématographiques. Un univers où les personnages des grands romanciers américains déambulent dans les films de la Nouvelle Vague française. Où le présent se vit comme un passé sublimé.

30 ans : 1985-2015
Deux villes : Paris et New York
A Tale of Two Cities

30 ans, 1985-2015. Et “seulement” 5 albums. Un jardin secret pour beaucoup. De ces albums, auxquels on reste profondément attaché, vers lesquels on revient par besoin, parce qu’ils nous lient à la vie.

Deux villes, Paris et New York. Un pont par delà l’Atlantique, qui égraine les mélodies d’un piano-livre, où le passé rejoint le présent, où les souvenirs croisent les rêves. Un lien tendu entre les ruelles new-yorkaises, où s’élève le fantôme du “Sunset Hotel” (un des morceaux phares du premier album) et les toits parisiens où un chat promène son élégante errance.

A Tale of Two Cities. Ce titre, fait bien sur référence au roman de Charles Dickens, mais c’est aussi un clin d’oeil au titrage de West Side Story. La construction typographique est comme un élastique entre les deux villes, comme un lien entre le passé et le présent.

Cette sérigraphie est pour moi, pour nous, un nouvel hommage aux souvenirs et aux rêves que l’on partage avec l’immense Peter Milton Walsh.


Pascal Blua
Octobre 2015

Voir la sérigraphie sur le site Dezzig 
Edition limitée à 120 exemplaires (dont 50 exemplaires hors commerce), numérotés et signés
Format 50 x 70 cm, 4 couleurs


"A tale of Two Cities" - Sérigraphie par Pascal Blua et Stéphane Constant / Photographie © Dezzig

A TALE OF TWO CITIES

The Australian band The Apartments, lead by Peter Milton Walsh, is a gem shared by only a few thousand fans, but this might change in the upcoming months…
After eighteen years far from the music scene, The Apartments released their fifth album, No Song, No Spell, No Madrigal, in the Spring of 2015, with Microcultures, a Parisian label. At the same time in New York City, the label Captured Tracks released a new version of The Evening Visits… And Stays for Years, the first album of the band, which became a classic after its release in 1985.
A happy coincidence that we had to celebrate!

I worked on the artworks of two of The Apartments’ albums (7 Songs and No Song, No Spell, No Madrigal) and on the posters of two of their tours in 2012 and 2015. These experiences made me grow closer to Peter Milton Walsh. The idea for the artwork of No Song, No Spell, No Madrigal is the result of conversations between us.
This new project is a new four-handed illustration with my friend Stephane Constant from Dezzig. I had already worked with him in the past, on a screen print named An Evening with… edited in 2012, during the previous French tour of The Apartments. We decided to work together again and make a screen print that we released with the band’s new album.

The screen print we made is an allegory of Peter Milton Walsh universe. A universe full of music, literature, and movie references. A universe where the characters from the best American novels meet Nouvelle Vague movies. A universe where the present is lived like a sublimed past.


30 years, 1985-2015.

And « only » five albums, to which we always go back because they bring us back to life.
Two cities, Paris and New York.
A bridge across the Atlantic where the past meets the present, where the memories meet the dreams. A thread between the streets of New York, where lives the ghost of the « Sunset Hotel » (a hit song from their first album), and the Parisian roofs.
A Tale of Two Cities.
This is obviously a reference to the novel by Charles Dickens, but it’s also an allusion to West Side Story. The typography is constructed around the idea of a thread connecting the two cities, like a link between the past and the present.

This screen print is a tribute to the memories and dreams that we share with the great Peter Milton Walsh: 30 years, two cities, A Tale of Two Cities.

See the screen-print on Dezzig website.
It is manually printed at the Dezzig workshop (50 x 70 cm). Limited edition of 120 copies.

Photograph © Dezzig

Newsletter Stereographics

Pour ne rien manquer d’Essentiels et tout suivre de Stereographics.

Autres à lire

A la une

“Avant de rencontrer Lisa, j’ai rencontré les mots de Lisa. J’ai commencé à la lire en 2010, elle tenait un blog. J’affectionnais son écriture …

Newsletter Stereographics

Pour ne rien manquer d’Essentiels
et tout suivre de Stereographics.